Du pharisien au pécheur

Saul de Tarse était un homme pieux, zélé au service de Dieu. Il était un pharisien, enseigné par Rabban Gamaliel, petit-fils de Hillel l’Ancien et le docteur de la loi juive le plus renommé de son époque. Saul a scrupuleusement obéi à l’enseignement qu’il a reçu et s’est considéré comme irréprochable au respect des lois juives.

Son désir de servir Dieu l’a rempli de zèle pour éradiquer les formes aberrantes de la religion juive, en particulier celle qui était basée sur la vie et les enseignements d’un certain Jésus de Nazareth. Il était encore un jeune homme lorsqu’il a assisté avec approbation à la lapidation d’Étienne, mais s’est rapidement fait un nom comme l’ennemi et le persécuteur le plus féroce des disciples de Jésus. Sa renommée s’est étendue bien au-delà de Jérusalem, même à Damas en Syrie.

Comme Saul voyait de ses propres yeux que les menaces et les persécutions ne pouvaient pas amener les disciples de Jésus à nier leur loyauté envers lui, sa conscience a dû commencer à se demander si son zèle venait vraiment de Dieu. Quand il a eu une rencontre surnaturelle avec Jésus sur la route de Damas, Jésus lui a dit : « Il te serait dur de regimber contre les aiguillons. » À ce moment-là, Saul a reconnu que son zèle avait été mal orienté, qu’il s’était battu contre Dieu, pas pour lui. S’adressant à Jésus en tant que Seigneur, il a demandé : « Que veux-tu que je fasse? »

La réponse à cette question a transformé Saul, le pharisien bien-pensant en Paul, le pécheur et l’apôtre de Jésus-Christ. Plus tard, il dirait que toutes les choses sur lesquelles il avait compté comme justice comme pharisien n’étaient rien que du fumier.

Maintenant, il se voyait à la lumière du jour : « Car je sais que le bien n’habite pas en moi, c’est-à-dire dans ma chair » (Romains 7.18). « Cette parole est certaine et digne de toute confiance : c’est que Jésus-Christ est venu au monde pour sauver les pécheurs; dont je suis le premier » (1 Timothée 1.15).

L’apôtre Paul a porté cette conscience d’être pécheur le reste de sa vie. Il n’avait plus rien à se vanter que de la grâce de Dieu. Et c’était suffisant.

Est-ce suffisant pour les chrétiens d’aujourd’hui? Beaucoup a été donné à nous, mais rappelons-nous qui l’a donné et pourquoi nous en avons eu besoin. Nous ne pouvons revendiquer aucun mérite pour notre héritage, les choses qui nous ont été enseignées, notre façon de vivre. Tout cela est un don de Dieu. Dès que nous pensons avoir quelque mérite, une odeur de fumier s’accroche à nous et les gens essaient de se tenir en amont de nous.

À propos de Bob Goodnough

Vivre aujourd'hui à la lumière de l'histoire et de l'éternité
Cette entrée, publiée dans Apologétique, est marquée , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet.

Je veux entendre ce que vous en pensez. S’il vous plaît laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.