Benjamin Eby

Benjamin Eby et les premiers mennonites au Canada

Benjamin Eby étai  l’arrière-petit-fils de Jacob Eby qui fut ordonné évêque des Mennonites à Zurich, en Suisse en 1663. Le fils de Jacob, Theodorus Eby, quitta la Suisse en 1704 pour échapper à la persécution des mennonites qui s’y déroulait et en 1715 il s’installa dans le comté de Lancaster en Pennsylvanie. Le frère aîné de Benjamin Eby, Peter, a servi comme évêque des Mennonites dans le comté de Lancaster de 1800 à 1843.

La tradition dans la famille Eby veut qu’ils étaient d’origine celtique tout comme de nombreuses autres familles mennonites suisses. Ils habitaient premièrement dans la région de la vallée du Pô en Italie et se sont venus en Suisse au 13e siècle pour échapper à la persécution.

Le 25 février 1807, Benjamin Eby épousa Mary Brubacher et partit la même année pour s’établir dans le comté de Waterloo, en Ontario, où d’autres mennonites du comté de Lancaster avaient commencé à s’installer vers 1800. Benjamin fut ordonné ministre des Mennonites du comté de Waterloo en 1809 et évêque à 1812. Dans les deux cas, son frère Peter est venu effectuer l’ordination.

En plus d’être un leader spirituel, Benjamin Eby était agriculteur, enseignant, écrivain et historien. Tout ce qu’il faudrait pour établir les familles de son assemblée et pour servir ses voisins, il s’est engagé à le faire. La ville qui a grandi autour de sa ferme s’appelait d’abord Ebytown. En 1833, il a été rebaptisé Berlin et en 1914, il est devenu Kitchener.

Il a organisé la première école dans le comté de Waterloo et a enseigné dans cette école pendant de nombreuses années. Il a compilé deux manuels scolaires en langue allemand et un hymnaire allemand. Il était également préoccupé par donner à ses voisins anglophones une explication claire de l’histoire et de la foi des mennonites. Ainsi, il a écrit une brochure intitulée Origine et doctrine des mennonites et l’a rendue disponible en allemand et en anglais.

Benjamin Eby était un prédicateur efficace, avec une connaissance profonde de la Bible, une compréhension tout aussi profonde des besoins spirituels des gens ordinaires et la capacité de rassembler les deux d’une manière qui touchait le cœur de ceux qui l’entendaient. C’était un homme doux, un ami de tous, et en même temps un ardent défenseur de la foi.

Il était parfois appelé à aider à résoudre des difficultés et des conflits dans d’autres assemblées mennonites en Ontario, dans les régions de Markham et de Niagara. Il a toujours travaillé pour maintenir la paix parmi les frères, mais jamais au prix de compromettre la foi qu’il aimait et avait promis de maintenir.


Benjamin Eby – Origine et doctrine des mennonites

PRÉFACE

Gentil lecteur:

Comme il existe de nombreuses opinions concernant la foi chrétienne parmi les chrétiens, et pour cette raison chaque confession religieuse cherche à faire connaître ses propres croyances, il est donc nécessaire que chacun qui cherche la vérité puisse la prouver par les Saintes Écritures. Par conséquent, j’ai aussi pensé qu’il serait avantageux de publier les articles de foi de notre église, à savoir ceux des mennonites ou des baptistes, en conjonction avec l’histoire de notre église, afin de prouver notre origine et que nous ne provenons pas des Munsterites, mais que la fondation de notre foi coïncide avec l’enseignement de notre Seigneur et de ses apôtres ; et aussi pour montrer que nos enseignements et notre religion ont existé depuis le temps des apôtres à travers les siècles jusqu’à nos jours. Beaucoup ont prouvé et scellé ces croyances avec leur sang, dont quelques exemples seront mentionnés. Ces croyances seront clairement énoncées de sorte que quiconque est enclin, peut les fouiller et les prouver pour lui-même et de sorte que, dans le plus court temps, notre lecteur gracieux peut recevoir une vision claire de toute notre foi et notre croyance.

Ici, dans ce pays, notre dénomination religieuse n’est généralement pas connue, car de nombreuses personnes m’ont posé des questions à ce sujet. Cela m’a finalement incité à donner une déclaration écrite selon l’instruction de Pierre : « Soyez toujours prêts à vous défendre, avec douceur et respect auprès de tous ceux qui vous demandent raison de l’espérance qui est en vous. » 1 Pierre 3.15.

Cette histoire et la théologie doctrinale servent aussi la jeunesse de notre propre religion non seulement en ce qui concerne l’information historique, mais plutôt à la juste reconnaissance importante du Dieu Tout-Puissant et de sa sainte volonté, et la voie de la béatitude par laquelle la foi vivante est renforcé et fondé sur notre Seigneur et Sauveur, Jésus-Christ (en qui seul nous pouvons recevoir le pardon de nos péchés), et qui conduit à une obéissance droite à l’imitation de Lui. Par conséquent, je souhaite sincèrement que la bénédiction perpétuelle du Sauveur repose sur cette écriture, qui est écrite seulement pour Son honneur et pour l’aide de mes compagnons de voyage à la béatitude éternelle.

Benjamin Eby.

Berlin, Canada, le 30 août 1841.


N.B. : Dans cet œuvre, Benjamin Eby a utilisé le mot baptiste en référence aux chrétiens qui pratiquait le baptême des croyants seulement et qu se seraient opposés au baptême des enfants. Il ne faut pas les confondre avec les églises de notre époque qui s’appellent baptistes.

UNE PRÉSENTATION HISTORIQUE DE L’ORIGINE DES MENNONITES
« Celui-ci est mon Fils bien-aimé : écoutez-le ! » – Luc 9.35.

Lorsque Jésus, le Sauveur du monde et fondateur de la religion chrétienne, voulait commencer son enseignement parmi les Juifs, il s’est fait baptiser d’avance dans le Jourdain par Jean-Baptiste (Matthieu 3.13). Jésus commença à prêcher et à dire : « Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche. » (Matthieu 4.17). Matthieu 5.34-45 : « Mais moi, je vous dis de ne jurer aucunement, ni par le ciel, parce que c’est le trône de Dieu ; ni par la terre, parce que c’est son marchepied ; ni par Jérusalem, parce que c’est la ville du grand roi. Ne jure pas non plus par ta tête, car tu ne peux rendre blanc ou noir un seul cheveu. Que votre parole soit oui, oui, non, non ; ce qu’on y ajoute vient du malin. Vous avez appris qu’il a été dit : œil pour œil, et dent pour dent. Mais moi, je vous dis de ne pas résister au méchant. Si quelqu’un te frappe sur la joue droite, présente-lui aussi l’autre. Si quelqu’un veut plaider contre toi, et prendre ta tunique, laisse-lui encore ton manteau. Si quelqu’un te force à faire un mille, fais-en deux avec lui. Donne à celui qui te demande, et ne te détourne pas de celui qui veut emprunter de toi. Vous avez appris qu’il a été dit : Tu aimeras ton prochain, et tu haïras ton ennemi. Mais moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent, afin que vous soyez fils de votre Père qui est dans les cieux ; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes. »

Et Matthieu 22.37 : 39 « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, et de toute ton âme, et de toute ta pensée. Et le second semblable à celui-là, est : tu aimeras ton prochain comme toi-même. » Il a également commandé à ses disciples, après sa résurrection d’entre les morts (Math 28.19), d’aller enseigner toutes les nations et de baptiser au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit.

Les commandements ci-dessus ont été observés fidèlement par les apôtres et les autres disciples du Christ. Ils ont gardé les enseignements et les commandements de Jésus. Ils prêchaient contre la guerre et de prêter serment, et ne baptisaient personne avant qu’il aitreçu des instructions sur les enseignements du Christ et ait reconnu de lui-même sa foi en Jésus. D’abord ils ont enseigné et ensuite ils ont baptisé.

Beaucoup de juifs et de païens ont, par la prédication de l’Évangile, adopté la foi salvatrice de Jésus-Christ, et ont d’abord été appelés chrétiens à Antioche, en tant qu’église assemblée (Actes 11.26).

Les enseignements de l’Évangile des chrétiens ont été largement répandus en Asie, en Afrique et en Europe. Malgré le fait que ces chrétiens sans défense ont été condamnés à mort par les païens à cause de leur foi, ils se sont multipliés et en grand nombre ils ont fleuri comme des roses parmi les épines.

Pendant les deux cents premières années, il ne peut être trouvé dans les œuvres d’écrivains de confiance que quelqu’un ait pu s’écarter du fondement des vrais enseignements de Jésus.

Cependant, au troisième siècle, des hommes sont venus qui ont commencé le baptême des enfants. Mais, cela a été adopté seulement par quelques-uns.

Le très sage et populaire Tertullien, vers l’année 204, a parlé contre le baptême trop tôt et a fortement maintenu l’ordonnance baptismale du Christ. Néanmoins, il était impossible pour les enseignants craignant Dieu et zélés de garder les chrétiens dans un même esprit et dans une même opinion, selon les conseils sincères de Paul (1 Corinthiens 10.1). En effet, à l’époque de Cyprien, vers l’an 250, il fut décidé lors d’une réunion à Carthage que les enfants devaient être baptisés directement. Cette résolution n’a généralement pas été respectée et de nombreux chrétiens ont d’abord cru en Jésus, et n’ont donc baptisé que des adultes et non des enfants. Ils se sont également opposés à la prestation de serment et à la participation à la guerre. La haine de leurs adversaires ne cessait de croître, de sorte qu’à Rome, en l’an 470, il fut décidé lors d’une réunion de condamner, bannir et, en un mot, de les traiter d’hérétiques ! Bien que ce soit maintenant en effet une loi terrible, pourtant ils ne pouvaient pas décider de renier Jésus, de s’écarter de ses enseignements et de rechercher l’amitié du monde. Au contraire, ils préféraient, selon la volonté de Dieu et son ordonnance, souffrir la mort d’un martyr comme des brebis sans défense et beaucoup d’entre eux scellaient leur confession de foi avec leur sang.

Pendant plus de 1600 ans, ces baptistes sans défense ont été affligés par la persécution, l’emprisonnement, à côté de toutes sortes de tourments et de tortures, et finalement ont été tués par le feu, l’épée, la faim et la noyade. Néanmoins, à travers tous les siècles, à partir du temps des apôtres, il y avait beaucoup de baptistes qui maintenaient, prêchaient et pratiquaient les enseignements purs du Christ, en dépit de toute persécution sanglante.

L’année 1160 a longtemps été marquée avec joie par de nombreux chrétiens pieux et gentils. Car, à ce moment, la sainte vérité commençait à lever joyeusement la tête et de briller victorieusement. La doctrine contre le baptême des enfants, contre les serments et contre la guerre était maintenant ouvertement et sans timidité prêchée, défendue et maintenue.

Le début de ceci a été fait par Pierre Valdo, de Lyon, qui plus tard a été continué par ses disciples.

T. J. von Braght écrit dans son Martyrs Mirror, page 275, partie 1, comme suit :

Vers l’année 1160, plusieurs citoyens principaux ont été assemblés à Lyon en France, en discutant de nombreux sujets différents. Il arriva que l’un d’eux tomba soudainement sur terre et mourut sous leurs yeux.

À ce terrible événement et exemple de la mortalité de l’homme, l’un d’eux nommé Pierre Valdo, un très riche marchand, avait peur. Il l’a pris à cœur et a décidé (conduit par le Saint-Esprit) de se repentir et de vivre avec zèle dans la crainte de Dieu. Il commença à réprimander sa famille et d’autres qui venaient à lui, pour modifier leurs voies vers la vraie piété.

Comme il avait fait beaucoup de bien pour les pauvres depuis quelque temps, les gens se rassemblaient autour de lui de plus en plus. C’est pourquoi il commença à leur présenter l’Écriture Sainte et à l’exposer et à l’expliquer en langue française.

Il adhéra strictement aux enseignements du Christ et des apôtres et chercha à imiter les mœurs et les coutumes des premiers chrétiens. Sa confession de foi correspondait à celle des baptistes. Il se déclarait être pour le baptême des adultes et considérait comme interdit les serments et la participation à la guerre.

Ses disciples étaient appelés Vaudois, Albigeois, les pauvres de Lyon, etc., et reçurent plus tard divers autres noms, selon le pays où ils vivaient et les prédicateurs qu’ils avaient.

L’enseignement de Valdo a trouvé beaucoup de faveur en France et en Italie. Cependant, sa diffusion était opposée à des mesures sévères. Beaucoup de Vaudois ont donc été interdits de citoyenneté et beaucoup ont souffert le martyre. Beaucoup ont fui en grands groupes vers différents pays. Leur départ de Lyon, leurs voyages dans des pays et des villes étranges, leurs souffrances innocentes et patientes, leur persévérance jusqu’à la mort, et tout cela sans résistance, vengeance ou autodéfense, prouvèrent amplement quelle foi ils avaient et par quel esprit ils étaient conduits.

Sebastian Frank a divisé les Vaudois en trois parties. Ceux qui ont acquis leur nom de Pierre Valdo et suivi ses enseignements, dit-il, se conforment en tout avec les baptistes car ils ne baptisent pas d’enfants, de plus ils ne prêtent aucun serment et croient en effet que cela est inconvenant pour les chrétiens. Ils ne tolèrent aucun mendiant entre eux, mais ils se donnent mutuellement et s’entraident fraternellement et mènent une vie très chrétienne et sans tache, etc. Ce sont les vrais Vaudois, qui ont confirmé le nom avec des actes, dans la foi aussi. comme dans le mode de vie, de sorte qu’ils sont de vrais chrétiens et doivent être le sujet de notre description.

La deuxième partie sont ceux qui se sont écartés des enseignements de leur fondateur et ont accepté d’autres doctrines, tout en conservant le nom de Vaudois.

Un tiers était injustement appelé Vaudois, ou Albigeois pour cette seule raison, parce qu’ils toléraient et protégeaient certains d’entre eux qui vivaient parmi eux.

T. J. von Braght (Martyr’s Mirror, page 278, col.l, imprimé en 1938, à Scottdale, Pennsylvanie) a raconté que Jacob Mehring avait noté dans ses écrits avec quels noms les chrétiens non-résistants étaient appelés. Parmi nous les Allemands (il écrit), on les appelle avec mépris les anabaptistes. Aux Pays-Bas, cependant, ils sont appelés Mennonites, après Simon Menno, l’un de leurs prédicateurs les plus éminents, etc. Cependant, leur vrai et véritable nom est, et à juste titre, chrétiens ou baptiseurs dans la voie du Christ, parce qu’ils, selon le commandement du Christ et l’ordonnance, ne baptisez nul autre que ceux qui reconnaissent le Christ dans son saint Evangile et croient en lui et en une telle foi, qu’ils se laissent baptiser proprement au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit.

De ces Vaudois ou Baptistes, vinrent John Koch et Leonard Meister, deux hommes excellents et savants qui cherchaient à répandre les enseignements des baptistes. Ils furent cependant arrêtés pour cela et exécutés en 1524 à Augsbourg. Outre ceux-ci, il y avait en même temps plus de témoins de la vérité, qui ont répandu l’œuvre de la Réforme, à savoir Felix Manz, qui a également contribué à la Réforme de la foi en Allemagne. Mais en l’an 1526 il a finalement été noyé à Zurich.

En 1527, le très cultivé et persévérant Michael Sattler fut déchiré par des pinces rouges et finalement brûlé à Horb en Allemagne.

Leonard Kaiser, un prédicateur très zélé à Scharding en Bavière, a été condamné en 1527 à être brûlé. Il a été attaché sur une échelle et là-dessus a été poussé dans un grand feu pour être réduit en cendres. Mais quand le bois a été brûlé, ils l’ont sorti du feu non brûlé. Là-dessus, d’autres bois furent pris et un grand feu fut fait, et quand il fut brûlé, et que son corps fut cherché dans les cendres, ils trouvèrent qu’il était encore lisse et clair. Alors ils l’ont coupé en morceaux vivants et ont jeté les morceaux dans le feu, mais ils ne pouvaient pas les brûler, et finalement les ont jetés dans la rivière Inn. C’était un miracle de Dieu et pourrait bien servir comme un avertissement à ces soi-disants chrétiens assoiffés de sang.

Thomas Herman, un prédicateur très sérieux de l’Évangile, a été arrêté à Kitzipil en l’année 1527, et a été également condamné à être brûlé. Son cœur, ils ne pouvaient pas brûler et enfin l’a jeté dans le lac, qui était près du lieu de l’exécution.

Leonhard Schoner, un défenseur des enseignements de Christ, était, en l’année 1528, à Rottenburg, réduit en cendres.

George Blaurock, qui a répandu les vérités de l’Évangile en Suisse, s’est rendu au Tyrol pour y prêcher l’Evangile, selon sa vocation, mais a été arrêté près de Clausen en l’an 1529 et a été brûlé vif.

Tous ceux-ci et d’autres ont enseigné qu’ils :

Premièrement, considéraient que le serment a été interdit par Christ selon le Nouveau Testament.

Deuxièmement, ils croyaient que la guerre était contraire à l’enseignement et à la vie de Christ.

Troisièmement, ils désapprouvaient le baptême des enfants.

Cela démontre que les enseignements des baptistes ont été prêchés, crus et vécus depuis longtemps parmi de nombreuses nations différentes, dont les premiers, depuis leur formation, ont eu de nombreux noms différents, et selon leur confession, et leur vie pieuse, ne peuvent que être reconnu comme la véritable église de Christ.

D’après le témoignage suivant, il est mis en lumière que les baptistes, les vaudois et les mennonites étaient comme les premiers chrétiens:

T. J. von Braght (Martyrs Mirror, col.1, page 154) raconte l’époque de Sylvestre, en l’an 315, que l’enseignement qui était soutenu par une innombrable multitude à travers les baptistes et les vaudois, était déjà prêché à cette époque et ils prônaient, en effet, que la même église qui, au cours des XIe, XIIe et XIIIe siècles, fut appelée par les noms de vaudois, d’albigeois, et finalement de mennonites ou de baptistes, existait déjà à cette époque et aussi bien auparavant.

A cet égard, un certain auteur éminent des Romains se plaignait beaucoup et disait dans un vieux livre que ces chrétiens avaient toujours de nombreuses sectes entre eux, mais parmi tous ceux qui existaient à cette époque, il n’y en avait aucun qui fût nuisible à l’Église Catholique Romaine comme les vaudois, ou les baptistes, etc., parce qu’ils ont existé si longtemps, certains disent du temps de Sylvestre, d’autres les placent aussi loin que le temps des apôtres.

Dans un autre lieu, Jacob Mehrning écrit à propos des personnes mentionnées ci-dessus :

Ce n’est en aucun cas une nouvelle secte, née à l’époque de Pierre Valdo, car les écrivains papistes eux-mêmes reconnaissent qu’ils existaient déjà à l’époque du pape Sylvestre, bien avant son temps, au temps des apôtres.

Dans un autre lieu il écrit que Flaccius mentionne également la même chose, d’un vieux livre pontifical qui a existé au temps de Sylvestre, et même du temps des apôtres. Thuanus témoigne que les enseignements de ces personnes ont duré plusieurs siècles.

T. J. von Braght (Martyrs Mirror, col.1, page 184) fait mention d’une conversation entre le geôlier de Leeuwarden et Jacques d’Auchy, un martyr.

Le geôlier rappela l’ordre de l’empereur Théodose et dit : « Il y a au moins 1200 ou 1300 ans que l’empereur Théodose a ordonné que les hérétiques soient tués, à savoir ceux qui à cette époque étaient rebaptisés comme votre secte. »

Lorsque le geôlier dit qu’ils ont été rebaptisés comme « votre secte », il fait ainsi savoir qu’il y avait des personnes comme Jacques d’Auchy et ces baptistes qui en même temps, à savoir l’année 1558, ont donné leur vie pour ces vérités.

T. J. von Braght (Martyrs Mirror, page 365, colonne 2) donne une description remarquable des chrétiens de l’Est, jusqu’à l’année 1540, quand il dit :

De même, nous avons des rapports à ce jour, qu’il y a des frères chrétiens à Thessalonique qui sont d’accord dans tous les points de religion avec les mennonites. Deux d’entre eux se sont rendus à l’époque de nos pères, d’abord parmi les frères de Moravie, ensuite aussi aux Pays-Bas, et ils ont partagé la sainte communion avec eux. Ils ont déclaré positivement qu’ils avaient à Thessalonique, les deux épîtres originales, ou les lettres aux Thessaloniciens, en bon état.

En outre, ils ont déclaré que beaucoup de leurs frères résident encore en Moravie, en Grèce et dans d’autres pays de l’Est disséminés ici et là, qui depuis les premiers apôtres ont maintenu fermement le même enseignement et la bonne méthode de baptême jusqu’à nos jours.

Vers l’année 1530, le très éclairé Menno Simons sortit de son sacerdoce catholique en tant que réformateur des baptistes.

BIOGRAPHIE DE MENNO SIMONS

Rassemblé à partir de ses propres écrits et aussi de Gerhard Roosen, un ministre mennonite à Hambourg, dans son livre intitulé : « Innocence des baptistes évangéliques, qui s’appellent Mennonites », qui a été imprimé en l’an 1702, ainsi que de plusieurs autres écrivains.

Il est né en 1495 à Witmarsum dans la province de Frise aux Pays-Bas, et en l’an 1524, dans sa 28e année, est devenu un moine.

Cependant, il écrit lui-même dans sa Renonciation à l’Église romaine, comment il a été éclairé par la grâce de Dieu. Il déclare aussi qu’il pratiquait la lecture et l’écriture de la Parole de Dieu dans la solitude, que six ou sept ou huit personnes venaient à lui et avec beaucoup de persuasion l’ont supplié de devenir prédicateur (probablement ils étaient de la secte de Valdo ou baptistes, qui, par la persécution, sont venus comme des moutons dispersés aux Pays-Bas.).

Il est clairement démontré que Menno, après avoir commencé le travail de la Réforme par la grâce de Dieu, était nécessaire ; premièrement, pour rassembler les enfants dispersés de Dieu ; et deuxièmement, puisque le temps de la Réforme Générale était proche, pou  être aussi n outil dans la main du Seigneur. En outre, il est montré comment, dans toutes les persécutions et les dangers, il a travaillé avec beaucoup de zèle, surtout dans les provinces des Pays-Bas. Il était l’un des principaux enseignants et anciens en ce temps sanglant et dangereux. S es glorieuses exhortations de la Parole de Dieu étaient si abondantes qu’aucun de ses adversaires n’osait s’engager à le défier ouvertement, bien qu’il les avait déjà invités avec beaucoup de zèle de le faire à divers moments.

Par son enseignement guérissant, son exhortation pieuse et son pouvoir effectif du Tout-Puissant, il rassembla, convertit et gagna une très grande multitude de personnes des ténèbres au Dieu vivant. A cause de cela, ses adversaires devinrent d’autant plus amers que, pour prévenir et entraver un tel enseignement, en 1543, il publia l’ordre sanglant et terrible de son arrestation. Ils avaient sa ressemblance et son visage dépeints, et posté son image sur les portes et les lieux publics et a également proclamé dans toute la Frise occidentale que chaque criminel et meurtrier devrait être libéré de l’emprisonnement et par la grâce de l’empereur, être promis la liberté et en outre cent florins, s’ils pouvaient livrer Menno Simons entre les mains de ses ennemis et bourreaux.

Ceux aussi, qui montraient de la sympathie envers Menno, étaient traités sans pitié. Un homme, appelé Tjart Reynerts, a été amené en captivité à Leeuwarden. La raison de son arrestation était qu’il avait secrètement hébergé Menno Simons dans sa grande misère, de sympathie et d’amour. Quand ses ennemis l’ont découvert, il a été attaqué et cruellement condamné. Il a été placé sur une roue jusqu’à ce qu’il était mort, bien qu’il ait déjà eu un témoignage de ses plus grands ennemis, qu’il était un homme très pieux.

Même si ses ennemis avaient soif de son sang tyranniquement au-delà de toute mesure et avec amertume cherchaient à le tuer et le persécuter, néanmoins le Dieu Tout-Puissant veillait et protégeait Menno Simon, contrairement à l’espoir de tous ses ennemis, pour les prévenir à pratiquer leur haïne sanguinaire sur lui. Un traître, qui croyait son stratagème certain, vendit Menno pour une certaine somme d’argent, soit pour le livrer entre les mains des tyrans, soit pour perdre sa propre tête. Il avait parfaitement repéré l’endroit, mais même alors Menno s’échappait d’une manière merveilleuse.

Ce qui suit est un extrait du livre 16 dans la Chute des tyrans, par Peter Jantsz Twisck, pages 1074-1075.

Une fille de Menno Simon, une femme digne d’éloges, racontait en notre présence l’incident suivant : Un certain traître qui avait accepté, pour une somme d’argent, de livrer à coup sûr, Menno en personne, ou sa tête dans les mains de ses ennemis, prévu de l’appréhender dans l’une de leurs réunions ; mais il arriva qu’il ne put atteindre son but, car lorsqu’il arriva à l’endroit où il cherchait à l’espionner, Menno s’échappa d’une manière providentielle.

À un autre moment, ce même traître, en compagnie d’un officier ou d’un policier, alors qu’ils étaient à la recherche de Menno, le rencontra à l’improviste alors qu’il se promenait sur un canal, dans un petit bateau. Le traître garda le silence jusqu’à ce que Menno les eût dépassés, et avait sauté à terre pour échapper avec moins de péril. Alors le traître a crié « voici l’oiseau s’est échappé ! » L’officier l’a châtié – l’a appelé un méchant et a demandé pourquoi il ne l’a pas dit à temps ; à quoi le traître répondit : « Je ne pouvais pas parler » ; Les seigneurs étaient si mécontents de ce que le traître, selon sa promesse, devait perdre sa tête. Il est digne de considération combien merveilleusement Dieu, dans ce cas et dans d’autres semblables, préserve son peuple, et surtout combien terriblement il punit les tyrans.

 

Menno ne s’est pas découragé, mais a continué son travail pendant quelque temps, sous le danger constant de sa vie. Cependant, dans ces circonstances hostiles, il fut finalement invité à quitter sa patrie, les Pays-Bas, et à fuir vers le Grand Duché de Mecklembourg, à Wiesmar. Mais ce séjour fut de courte durée, car il fut forcé par de fréquentes persécutions à se déplacer de nouveau à partir de là. Menno, à cause des persécutions toujours imperturbables, mais étant d’autant plus fort dans ses résolutions, quoique maintenant perplexes de fuir plus loin, voyagea vers le Danemark, dans le duché de Holstein, parce qu’il avait appris que certains de ses coreligionnaires avaient trouvé le repos à Fresenburg, près d’Oldeslo. À Fresenburg, Menno et ses partisans étaient à l’abri. Là il a trouvé la protection et l’abri, et un lieu de repos. Un riche seigneur de Fresenburg, qui, au moment de la persécution véhémente des baptistes aux Pays-Bas était en service militaire actif et avait appris plus de la fondation de la foi de Menno, a accordé une résidence permanente, le culte de Dieu sans entraves, et un établissement pour l’impression de livres pour le pieux et zélé Menno Simon, à Fresenburg.

Dès lors, Menno répandit publiquement ses enseignements, tandis que le gouvernement impartial voyait les fausses accusations contre lui et, avec le temps, les grandes persécutions cessèrent. La puissance de la vérité a ouvert les yeux de beaucoup, et une grande réforme a été réalisée, par la grâce de Dieu, dans beaucoup de lieux, bien que Menno n’ait pas utilisé l’épée et les armes, ni le bras d’un roi ou souverain, mais seulement l’épée de l’Esprit, qui est la parole de Dieu (Éphésiens 6:17), il a résisté et a vaincu. Finalement, après avoir obtenu la victoire, dans le village de Wusterfeld, non loin de Lübeck, il vécut en paix jusqu’à sa mort, survenue le 31 janvier 1561, dans la 66e année de sa vie, quand il eut plu au Tout-Puissant de prendre son porteur de la Croix de ce monde gênant au repos éternel.

Ceux qui marchent dans la droiture reposeront en paix (Esaïe 57.2).

Le lecteur bien-aimé considère que si ce vrai témoin de la vérité, à la fin de sa vie, ne pouvait pas dire à ses amis comme l’apôtre Paul : « J’ai combattu un bon combat, j’ai fini mon cours, j’ai gardé la foi. Désormais il m’est réservé une couronne de justice, que le Seigneur, le juste juge, me donnera en ce jour-là, non seulement à moi, mais à tous ceux qui aiment son pardon. « 2 Tim. 4.7-8.

Après la mort de Menno, le travail de la Réforme, qu’il avait commencé aux Pays-Bas, se poursuivit avec ardeur au travail et au service de Théodore Philippe (qui mourut aussi six ans après Menno, en 1567), et d’autres de ses aides. Les assemblées ont été fondées non seulement à Groening, en Frise orientale et occidentale, en Hollande, en Brabant et en mer Baltique, mais aussi en Allemagne dans de nombreux endroits.

En Suisse, en Alsace, dans le Palatinat, le Wurtemberg, l’Autriche, la Bavière, la Moravie, etc., il y avait depuis longtemps beaucoup de baptistes, descendants des anciens Vaudois, qui furent considérablement augmentés au début de la Réforme par le travail de Félix Manz, Michael Sattler, Leonard Kaiser, George Blaurock et d’autres. Ces assemblées en temps voulu, à travers la Réforme de Menno mentionnée ci-dessus, reçurent le nom de Mennonites de leur gouvernement honoré, au lieu de leur nom faux et détesté d’anabaptistes.

De tout cela nous voyons que Menno était un outil précieux de la Réforme, et le principal fondateur de notre religion mennonite. De plus, il y était spécialement préparé par Dieu ; il était doux et aimable, sincère et très spirituel, et, outre la langue commune, il comprenait aussi le latin et le grec. Le peuple avait une affection spéciale pour lui avant la Réforme, alors qu’il était encore prêtre catholique et il dit lui-même dans sa “Méditation”: « Tout le monde cherchait et voulait de moi, le monde m’aimait, et moi le monde, la première place était le mien en tant qu’invité, également dans les synagogues ; J’avais la préférence de tous les hommes, aussi de la tête grise de beaucoup d’années ; tout le monde m’a honoré ; si je parlais, ils se taisaient ; si je leur ai fait signe, ils sont venus ; si je les renvoyais, ils allaient ; ce que j’ai aimé, ils l’ont fait ; ma parole a triomphé en toutes choses ; le désir de mon cœur m’a été donné. » Cependant, quand il quitta les voies du monde et chercha le Christ et son royaume, il trouva le contraire partout.

Il mentionne dans une lettre à Martin Micron combien ils avaient soif de son sang, mais Dieu a détruit les plans de ses ennemis. Il arriva, dit-il, qu’un homme hautement estimé, très respecté par le monde, conseilla avec malveillance de m’exterminer avec tous les pieux. Cependant, il avait à peine parlé de sa parole et de ses pensées impies, que la main puissante du Tout-Puissant l’attaqua terriblement, car il fut renversé à la table et termina ainsi en un instant sa vie impénitente et sanguinaire. O jugement terrible ! Cela s’est passé en l’an 1539.

Le même sort en a rencontré un autre à peu près au même moment, qui s’est permis de penser qu’il voulait mettre le filet si soudainement que je ne pouvais pas facilement lui échapper. Il a été également pris avec une maladie terrible au repas même quand il a prononcé ces mots et aussi par le Tout-Puissant punissant Dieu appelé à rendre compte et dans les huit jours a été enterré.

Beaucoup d’autres jugements sont mentionnés par Menno. Il clôt sa liste de tyrans avec les mots suivants : « Si je devais raconter tous les incidents qui se sont produits de mon temps aux ennemis des saints, ils feraient un livre de chroniques. »

Les connaissances approfondies d’un simple prédicateur

 

[Cette histoire était écrit par Gerhard Roosen d’Altona en Allemagne et reproduit dans l’Origine et doctrine des Mennonites par Benjamin Eby.]

Les Français sont entrés aux Pays-Bas en 1672 avec une armée et ont capturé trois provinces et ne doutaient pas qu’ils pourraient conquérir les quatre restants. Ils semblent avoir l’intention de forcer les réformés, les luthériens et les mennonites à reprendre la religion romaine au moyen de la punition du gouvernement et de la confiscation de leurs biens. Par conséquent, ils voulaient faire un début avec les mennonites qui dans aucune province dans l’ensemble les mondes ne sont si nombreux et en moyenne si riches en possessions qu’aux Pays-Bas ; car les Français avaient des préjugés contre les mennonites et ne connaissaient pas leur doctrine et leurs principes. Ils croyaient qu’ils étaient comme les rôdeurs nocturnes et les Munsterites, pour lesquels le roi donna un ordre spécial à un Seigneur Remundus Formantine, Docteur en Théologie et Grand Diacre d’Orléans, pour faire un examen précis de la doctrine et des principes des Mennonites et pour lui donner un rapport écrit sur tout.

Là-dessus, le seigneur Formantine se rendit dans la province d’Utrecht pour exécuter son commandement et, le 16 juillet, arriva à Emmerick où il se rendit dans une librairie et demanda au propriétaire Cornelius von Breugbam si des mennonites vivaient dans la ville d’Emmerick, auquel le libraire a répondu oui. Puis il a demandé si quelqu’un pouvait peut-être lui parler de leur doctrine. Alors le libraire a mentionné un certain prédicateur mennonite, Heinrich von Voorst, qui était prêt à l’expliquer, à condition qu’il ne soit pas trompé dans sa simplicité, alors il serait prêt et entièrement disposé à rendre compte de sa doctrine et de son culte à tout moment.

Le jour suivant, le 17 juillet 1672, ils se rencontrèrent à la maison du libraire pour une conférence, après quoi peu après le commencement, quand une salutation appropriée fut prononcée, lord Formantine commença à parler des vêtements simples du prédicateur, et dit : que ce n’était pas en mode français. Le prédicateur, Heinrich von Voorst, n’avait en effet pas étudié à l’université, mais s’occupait seulement de son magasin. Mais, dans sa doctrine et sa religion, il était si bien fondé qu’il pouvait non seulement répondre à toutes les questions posées par le docteur en théologie, mais aussi prouver son opinion par des chapitres et des versets des Saintes Écritures que le docteur cherchait et marquait dans une Bible française.

De plus, il a interrogé le prédicateur sur le péché dont nous avons hérité : baptême, grâce, Sainte Trinité, Incarnation, Saint-Esprit, présence corporelle du Christ dans la sainte communion, purgatoire, pouvoir des gouvernements, célibat, mariage, divorce, châtiment de hérétiques, en priant aux saints, en jurant des serments et d’autres points semblables, à quoi il a reçu une réponse à son plein plaisir et satisfaction, qui, cependant, a surpris le docteur comme une chose inouïe, qu’un citoyen, qui est quotidiennement occupé de son métier, pouvait avoir une connaissance si précise de l’Écriture Sainte, afin de pouvoir se lever et prouver correctement tous les points religieux avec des textes bibliques et des versets aussi bien que le meilleur docteur en théologie.

Après la fin de leur conversation, qui a duré deux jours, le docteur a pris congé avec modestie et politesse et avec beaucoup de satisfaction et de gratitude pour toutes les informations reçues, et l’a assuré qu’il donnerait à son roi un compte honnête et favorable. Les mennonites partout devraient être protégés et avoir toute liberté. En outre, il voulut publier leur conversation, et ajouta qu’il trouvait de telles choses dans leur doctrine et dans leurs principes, ce qui pourrait aussi être souhaitable dans la religion romaine. Il critiqua aussi vivement les calomniateurs, qui se plaignaient si malicieusement auprès du roi au sujet des mennonites, comme s’ils étaient semblables aux rôdeurs nocturnes ou aux Munsterites, et, par conséquent, nullement tolérés.
Finalement, nous remercions Dieu, qu’il a ouvert les yeux du gouvernement à la compréhension de ses serviteurs, afin qu’ils voient notre innocence et nous permettent d’enseigner et de pratiquer ouvertement, sous leur protection, le saint Évangile selon nos croyances et nos connaissances.