La tente de David

Lorsque Moïse était sur la montagne pour parler avec Dieu pendant l’Exode, Dieu lui a donné des instructions détaillées pour la structure qui devrait être le centre du culte du peuple. Il devait construire une longue tente. L’intérieur était en or et belle tapisserie, l’extérieur était un revêtement imperméable et terne.

À une extrémité, séparée du reste par une épaisse voile tissée, se trouvait l’arche de l’alliance avec le propitiatoire au-dessus. Pour un spectateur, la seule caractéristique notable de la tente aurait été la Shekinah, la gloire de Dieu sous forme d’une colonne de nuée pendant le jour et d’une colonne de feu la nuit, qui se tenait toujours au-dessus du propitiatoire.

Cette tente était d’une importance capitale pour le peuple pendant son séjour dans le désert, pendant la conquête de Canaan et tout au long du temps des juges.

Mais il est arrivé un moment où l’arche a été retirée de la tente et portée à la scène d’une bataille contre les Philistins. Les Philistins ont été victorieux dans la bataille et ont capturé l’arche. Éli, le souverain sacrificateur et chef spirituel des Israélites, est décédé en apprenant cette nouvelle. À ce stade, le culte du peuple israélite a pris une tournure pour laquelle aucune instruction écrite n’avait été donnée.

Samuel a pris la place d’Éli en tant que chef spirituel, lui qui n’était pas de la lignée sacerdotale. L’arche a été rendue à Israël, mais n’a jamais été remise dans la tente de Moïse. Samuel est allé à travers le pays pour offrir des sacrifices et enseigner au peuple.

Samuel était un vrai prophète et chef spirituel, mais en vieillissant et sans successeur évident, le peuple a commencé à appeler pour un roi. Dieu a exaucé leur souhait et Saül est devenu roi. Les choses se sont vite mal passées avec Saül et Dieu a envoyé Samuel pour oindre David pour qu’il soit roi.

Lorsque David est devenu roi sur tout Israël, il a construit une nouvelle tente sur le mont Sion. Il apporta l’arche et la plaça dans la tente qu’il avait construite, sans voile pour la séparer du peuple. La première fois que David a essayé d’amener l’arche dans sa nouvelle tente, Dieu a frappé Uzza pour avoir tenté de stabiliser l’arche, révélant la présence de Dieu avec l’arche. La deuxième fois a réussi. David enfila des vêtements sacerdotaux de lin et un éphod et offrit des sacrifices pour sanctifier la tente.

Il n’y avait plus de sacrifices offerts à la tente de David. Par la suite, c’était un lieu de culte, où des prières étaient faites, des psaumes chantés et peut-être la Parole de Dieu était lue. Josaphat est appelé l’enregistreur, un mot dont le sens pourrait également signifier celui qui fait se souvenir.

Ici, nous voyons David agir comme prophète, sacrificateur et roi. Beaucoup des Psaumes qu’il a écrits sont prophétiques; il est appelé prophète dans Actes 2.30. 1 Chroniques 16.39-40 montre que la tente de Moïse se tenait encore à cette époque, située à Gabaon, et Tsadok le souverain sacrificateur offrait toujours les sacrifices requis par la loi. Mais ces sacrifices n’avaient plus de signification. Le propitiatoire était sur l’arche dans la tente de David.

Cette étrange anomalie dans le culte israélite a pris fin lorsque Salomon a construit le temple et installé l’arche dans le saint des saints dans le temple. La tente de David, qui n’était plus utilisé, tomba en ruine.

Plus tard, les prophètes ont rappelé au peuple la tente de David. Ésaïe 16.5 dit : « Et le trône s’affermira par la clémence ; Et l’on y verra siéger fidèlement, dans la maison de David, un juge ami du droit et zélé pour la justice. » Le chapitre 33.20 dit : « Regarde Sion, la cité de nos fêtes ! Tes yeux verront Jérusalem, séjour tranquille, tente qui ne sera plus transportée, dont les pieux ne seront jamais enlevés, et dont les cordages ne seront point détachés. » Amos 9.11-12 dit : « En ce temps-là, je relèverai de sa chute la maison de David, j’en réparerai les brèches, j’en redresserai les ruines, et je la rebâtirai comme elle était autrefois, afin qu’ils possèdent le reste d’Edom et toutes les nations sur lesquelles mon nom a été invoqué, dit l’Éternel, qui accomplira ces choses ».
De nombreux commentateurs interprètent les références à Sion comme faisant référence à Jérusalem et à la montagne du temple, et les références à la tente de David comme prophétisant la restauration du royaume davidique en Christ.

Mais les parallèles sont trop frappants. David en tant que prophète, sacrificateur et roi a sanctifié la tente avec un sacrifice unique. Une nouvelle forme d’adoration, complètement séparée de la tente de Moïse. Accès au propitiatoire, sans voile pour le cacher des fidèles.

N’est-ce pas ce que les dirigeants de l’Église primitive ont reconnu lors de la réunion de Jérusalem, enregistré dans Actes 15? Jacques a cité le passage d’Amos et l’a reconnu comme une prophétie de ce qui se passait alors. La tente de David avait été restaurée, un lieu où tout le monde, y compris les Gentils, pouvait librement adorer Dieu sans avoir à l’approcher au moyen du rituel de la tente de Moïse ou du temple juif. Tout comme la tente de Moïse était vide au temps de David, le culte dans le temple de Jérusalem était maintenant vide de sens après le sacrifice unique fait par Jésus, le vrai fils de David et notre éternel prophète, sacrificateur et roi.

Publié dans Apologétique | Marqué , , , , , , , , , | 1 commentaire

Le pouvoir des petites choses

Ma mère avait 10 ans lorsque sa famille a déménagé du sud-est du Manitoba au sud-ouest de la Saskatchewan. Chaque fois qu’elle parlait de cette décision, elle disait : «Ce qui m’a manqué, c’est de voir les arbres et les Indiens ».

Ce n’est que lorsque j’ai atteint l’âge adulte que j’ai posé la question évidente : «Maman, je comprends la partie au sujet des arbres, mais qu’est-ce que c’est au sujet des Indiens? »

« Eh bien, chaque fois que les Indiens voyageaient dans notre région, ils s’arrêtaient chez nous pour se reposer et boire de l’eau. »

Mon grand-père était membre de l’Église Mennonite Sommerfelder, pas très prospère, et père de 14 enfants, dont ma mère était la sixième. Il était aveugle, apparemment à plus d’un titre.

Avant de se marier, il avait travaillé à Letellier, au Manitoba. Un de ses collègues était un homme noir qui avait fait son chemin vers le Canada depuis le sud des États-Unis. Mon grand-père a appris de lui quelques-uns  des anciens spirituels et les a ensuite enseignés à ses enfants. Ma mère en chantait certains.

Mon grand-père a appris l’anglais en travaillant là-bas et a dit plus tard qu’il souhaitait qu’il eût aussi appris le français, car des francophones y vivaient. Chaque fois que ma mère parlait du souhait de son père d’avoir appris le français, elle ajoutait : « Et s’il l’avait fait, je l’aurais fait aussi! ».

J’ai entendu ces petites choses quand ma mère a parlé de ses premières années. Ils ont fait une impression durable et je pense que cela m’a permis de voir les autres comme n’étant pas très différent de moi.

À la fin de son adolescence, ma mère a mémorisé le catéchisme allemand et l’évêque l’a baptisée. Je pense que les enseignements de ce catéchisme ont trouvé une place plus profonde que dans sa tête. La famille parlait le plautdietsch (bas allemand) à la maison et parfois l’anglais. L’église était entièrement allemande – lecture de la Bible, hymnes, prédications, prières. Ma mère a été la dernière des enfants à apprendre l’allemand. Lorsqu’elle est devenue adulte, elle s’est rendu compte que dans son église la langue était plus importante que les enseignements du catéchisme; elle n’avait rien à offrir à ses huit frères et sœurs plus jeunes qui ne connaissaient pas l’allemand.

Elle a quitté cette église et n’en a exprimé aucune nostalgie. Sa mère, ma grand-mère, semblait croire que j’avais besoin d’apprendre l’allemand pour être chrétien. Elle m’a envoyé un catéchisme et un abécédaire allemand. J’étais curieux et j’ai fait un début dans l’abécédaire. Maman m’aidait chaque fois que je le demandais, mais ne m’a jamais incité à continuer à essayer d’apprendre l’allemand. Elle avait un grand dictionnaire anglais qu’elle avait étudié pendant des années; elle avait appris à parler l’anglais sans accent et avait un vocabulaire plus large que beaucoup dont la langue maternelle était l’anglais.

Lorsque Chris et moi avons commencé à fréquenter l’Église de Dieu en Christ, mennonite, certains membres ont montré leur enthousiasme lorsqu’ils ont découvert que la langue maternelle de maman était le plautdietsch. Elle était polie et amicale, mais ne partageait pas leur enthousiasme. Je me suis demandé si elle n’avait pas une petite peur que j’entre dans le genre de chose qu’elle avait laissé.

Je suis le fils de ma mère. Elle n’a dit rien de négatif à propos de personne, mais l’impression qu’elle a laissée était que Plautdietsch et l’allemand n’avaient rien à voir avec le fait d’être chrétien et n’étaient pas quelque chose que je devais poursuivre.

Mon père était des États-Unis, sa mère était franco-américaine et cela l’embarrassait quand elle parlait français à leurs voisins ici en Saskatchewan. J’ai reçu beaucoup plus d’encouragements de ma mère pour apprendre le français que de mon père.

C’est mon histoire personnelle. Je pourrais en dire plus sur mon père, mais je ne pense pas que ce soit nécessaire. Je dirai simplement que les remarques positives de ma mère au sujet des autres gens ont eu plus d’influence sur moi que les remarques négatives de mon père.

Y a-t-il des choses négatives que les chrétiens disent aujourd’hui qui peuvent avoir un effet néfaste sur l’attitude de leurs enfants envers les autres?

Comment voyons-nous nous-mêmes?

Nous ne pouvons pas changer notre identité ethnique ou la famille dans laquelle nous sommes nés. Mais si nous pensons que notre famille, ou notre ethnie ont une qualité innée qui nous rendent plus aptes à devenir chrétien, ou meilleurs chrétiens que les autres, nous contredisons tout le message du Nouveau Testament. Tout soupçon d’orgueil ou d’exclusivité mine notre témoignage évangélique.

Comment voyons-nous les autres?

Parfois, j’entends des chrétiens dire que les gens autour de nous ne sont pas intéressés par l’évangile. Cela donne à nos jeunes l’impression qu’il est inutile d’essayer de partager l’Évangile dans nos alentours.

Comment parle-t-on des personnes d’une couleur de peau différente, ou ceux qui parlent avec un accent? Utiliser les mots impolis ou irrespectueux pour les gens non blanc fait qu’il est difficile de voir en eux le potentiel à devenir des frères et sœurs chrétiens. Plaignons-nous des immigrants dans nos communautés? Cela nous enthousiasme d’envoyer des missionnaires dans les pays d’où ils viennent, mais quand ils arrivent ici, nous les voyons d’un œil différent.

Il n’y a pas de programme 8 étapes pour résoudre le problème que je décris. C’est une question de cœur. De petits changements dans nos attitudes envers les gens environnants, de petits changements dans notre discours, pourraient s’ajouter à un grand changement dans la façon dont les autres nous voient.

Publié dans Apologétique | Marqué , , , , , , , , , , , , , | 1 commentaire

La mauvaise nouvelle et la Bonne Nouvelle

« Le diable, l’ayant élevé, lui montra en un instant tous les royaumes de la terre, et lui dit : Je te donnerai toute cette puissance, et la gloire de ces royaumes ; car elle m’a été donnée, et je la donne à qui je veux. Si donc tu te prosternes devant moi, elle sera toute à toi. »(Luc 4.5-7).

Le diable a fait une déclaration choquante; cela peut-il être vrai? Jésus ne l’a pas contredit. Les écrits apostoliques le confirment. L’apôtre Paul appelle Satan « le dieu de ce siècle » dans 2 Corinthiens 4.4. Dans Éphésiens 2.2, il l’appelle « le prince de la puissance de l’air ». Dans Éphésiens 6.12, il nous informe « nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde des ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes.  »

Dans l’évangile de Jean, Jésus fait trois fois référence à Satan comme « le prince de ce monde » (Jean 12.31; 14.30 et 16.11). Dans 1 Jean 5.19, on nous dit que « le monde entier est sous la puissance du malin ».

Le douzième chapitre de l’Apocalypse raconte comment Satan fut précipité sur la terre et comment il est animé d’une grande colère « parce qu’il sait qu’il n’a que peu de temps ».

L’apôtre Paul raconte également comment Satan peut se transformer en ange de lumière (2 Corinthiens 11.14).

Tous les projets pour faire de ce monde un meilleur endroit par des moyens politiques, par des révolutions et des mouvements de protestation, sont l’œuvre de Satan et échoueront. Quand les accusations volent, là où il y a des conflits et de l’amertume, c’est Satan qui l’a fait. Son but n’est pas de rendre le monde meilleur, mais de nous diviser tous en groupes en guerre les uns contre les autres, chacun pensant qu’eux seuls ont la lumière pour résoudre les problèmes du monde.

La Bonne Nouvelle est qu’il y a encore de l’espoir pour l’humanité. Cette espérance est incarnée dans le Royaume de Dieu, le seul endroit où nous pouvons expérimenter une paix durable, la compréhension et l’amour fraternel.

Satan contrefait le Royaume, essaie de diviser les citoyens du Royaume en camps rivaux pour disputer des choses sans valeur éternelle.

La vraie paix, la liberté et le bonheur ne sont possibles que lorsque nous admettons que nous avons suivi le mauvais chemin et que nous nous retournons, ne faisant confiance qu’au pardon de Dieu qui est possible grâce au sacrifice de Jésus sur la croix. Lorsque nous sommes pardonnés et que le Christ ressuscité règne dans nos vies, nous sommes enfin libres.

Publié dans Apologétique | Marqué , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Un abri

Un abri, un lieu où je pourrais échapper aux tempêtes qui battent autour de moi; c’est ce dont j’avais besoin. Quand on est jeune, beaucoup de tempêtes sont plus imaginaires que réelles. Mais la colère de mon père était réelle. Il n’était pas violent, mais quand il se mit en colère, une atmosphère énervée envahit toute la maison, jusqu’à l’air que je respirais. Il me fallait un lieu de refuge où je peux respirer et réfléchir clairement.

Quand j’avais neuf ans, mes parents ont déménagé dans une petite ferme bordant la limite nord-ouest de Craik, en Saskatchewan. J’ai découvert mon lieu de refuge le lendemain de notre déménagement. Je l’ai trouvé dans un creux, à mi-hauteur de la rive de la coulée qui traversait notre pâturage, vers sa limite nord. Dans ce creux se trouvait un rocher de granit rectangulaire, en forme de marche ou de chaise géante, usé par des milliers de bisons essayant de soulager leurs démangeaisons pendant plus de mille ans.

Je me suis assis sur le rocher, puis dans le creux à côté et quelque chose de merveilleux est arrivé — toutes les preuves du monde moderne ont disparu. J’étais seul dans la prairie, aucun bâtiment, clôture, route ou ligne téléphonique n’était visible. Même les sons ne pénétraient pas dans ce lieu paisible.

Depuis combien de temps ce rocher est-il là? Les géologues disent que lorsque le lac Agassiz s’est vidé, il y a des milliers d’années, les eaux tumultueuses qui ont creusé les ravins, les coulées et les vallées fluviales de la Saskatchewan ont également balayé de tels rochers vers de nouveaux endroits. Il était là depuis que le bison errait dans les prairies, et les chasseurs qui les suivaient. Le temps écoulé depuis l’arrivée des colons n’était qu’un petit coup dans son histoire.

Pendant le reste de mes années de croissance, ce rocher est devenu mon refuge. Lorsque la vie me semblait difficile, je quittais la maison et trouvais ce lieu, mon abri. Dans ce lieu calme et sécurisé, je me reposerais jusqu’à ce que l’angoisse, la peur et, oui, ma colère se soient dissipées.

Huit ans plus tard, je quittai la maison. Deux fois, je suis revenu un moment et chaque fois, le rocher était là quand j’en avais besoin. Plus tard, dans la vingtaine et par moi-même, j’ai fait face à de nouvelles inquiétudes et craintes. Le rocher de mon enfance était loin, et n’était plus caché comme auparavant. Une autoroute à quatre voies traverse maintenant l’ancien pâturage, le rocher est visible depuis l’autoroute.

Il m’a fallu des années pour trouver le rocher de refuge dont il est question dans Psaume 94.22 : « Mon Dieu est le rocher de mon refuge ». J’ai trouvé les paroles de la Bible qui m’attiraient vers ce rocher. Le rocher éternel. J’ai lu dans Malachie 3.6 : « Je suis l’Éternel, je ne change pas », puis dans Hébreux 13.8 : « Jésus-Christ est le même, hier et aujourd’hui, et pour l’éternité. » J’ai entendu l’appel de l’Esprit-Saint de reconstruire ma vie sur ce rocher et y avoir répondu. J’ai trouvé que ce rocher était un refuge de paix où que je sois, quelles que soient les circonstances.

Maintenant, je voulais trouver une église construite sur ce rocher, où je pourrais être en communion avec des personnes ayant une foi vivante, solidement ancrée dans le rocher, Jésus-Christ. Je savais que ce ne serait pas l’église à laquelle j’avais assisté dans ma jeunesse.

J’ai lu dans les livres d’histoire d’un peuple qui avait vécu une telle foi des siècles auparavant. Des gens pour qui le royaume de Dieu était séparé des royaumes de ce monde; des gens pour qui leur relation avec Jésus-Christ était plus importante que cette vie terrestre. D’autres personnes les appelaient anabaptistes, vaudois et mennonites. Il y aurait sûrement des chrétiens comme ça aujourd’hui dans les églises mennonites. J’ai visité beaucoup d’églises, rencontré beaucoup de bonnes personnes; la plupart ignoraient la foi d’autrefois.

Mes recherches m’ont finalement conduit dans une église dont les membres croient et vivent la foi dont j’avais lu; je suis devenu membre de cette église il y a 40 ans.

© Bob Goodnough, 3 janvier, 2019

Publié dans Apologétique | Marqué , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

La vie sans but

Lorsqu’il n’y a pas de sentiment d’accomplissement,
les enfants ne se développent pas correctement
et les personnes âgées déclinent rapidement.
-Joseph Whitney

Publié dans Insolite | Marqué , , , , | Laisser un commentaire

Questions cruciales

Quel est le facteur le plus important pour inciter une personne à devenir chrétienne? Est-ce la peur de l’enfer ou le désir pour le Ciel?

Avez-vous déjà eu une telle discussion? Quelle était la conclusion?

Je pense que les deux facteurs ont une influence motivante, mais je ne crois pas que cela soit suffisant pour donner à quelqu’un le pouvoir de mener une vie chrétienne victorieuse et heureuse.

Pour cela, nous devons trouver un sens à notre vie dans une relation active avec notre Créateur et Sauveur, et en service à lui et à notre prochain. Cette relation se développe lorsque nous nous nourrissons de la Parole de Dieu et communiquons avec lui à la fois en priant et en écoutant.

Cette relation doit être le guide primordial dans les affaires, le travail, la famille et les amitiés. Cela ne signifie pas que nous parlons de Dieu tout le temps et essayons de forcer notre point de vue sur les autres. Tout ce dont nous avons besoin est d’être prêt à obéir au Saint-Esprit chaque fois qu’il nous invite à faire ou à dire quelque chose de petit. Une vie victorieuse et remplie de joie est construite par ces petites choses.

Publié dans Apologétique | Marqué , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Un peu trop près

Les jours deviennent courts, les nuits froides. À l’époque de mon enfance, lorsque l’hiver arrive, les gens se rassemblaient autour du poêle à bois pour jaser. On aurait trouvé des poêles comme celui dans la photo ci-dessous dans la plupart des maisons de ferme et dans la plupart des magasins ici en Saskatchewan. La majorité des poêles à bois proviennent toujours du Québec, pour la même raison que la majorité du sirop d’érable provient du Québec —  c’est là que se trouvent les arbres.

ancient-1456108_640

Un samedi soir, il y a environ 70 ans, papa a placé la grande baignoire carrée galvanisée sur le plancher du salon. Maman a chauffé de l’eau sur le poêle pour remplir la baignoire, et chacun de nous attendait son tour pour prendre son bain. Quand je suis sorti de la baignoire, il faisait froid dans la pièce. J’ai donc reculé vers le poêle pour me réchauffer pendant que je me séchais. J’ai reculé un peu trop loin et j’ai ressenti une douleur brûlante aux fesses qui m’a empêché de m’asseoir pour quelques jours.

Publié dans Insolite | Marqué , , , , , , | Laisser un commentaire

Qui étaient les cathares?

À l’origine, le mot catholique signifiait une foi accessible à tout le monde, dans tous les pays, à toutes les époques. Malheureusement, très tôt dans l’ère chrétienne, des prétentions impériales se développèrent dans l’église de Rome envers d’autres églises de l’empire.

Ce processus s’est accéléré lorsque Constantin a publié l’édit de Milan en 313, accordant la liberté de religion dans l’Empire romain. C’était un processus graduel, mais au siècle suivant, la seule liberté qui restait était d’être membre de l’Église catholique romaine.

Augustin d’Hippone a aidé ce processus (il est mort en 430). Il a emprunté le déterminisme de la philosophie grecque, le stoïcisme en particulier, et l’a interprété comme signifiant que Dieu a prédestiné certaines personnes au salut. Puisque seul Dieu connaissait l’identité de ceux qui étaient prédestinés au salut, l’église devrait obliger toutes les personnes à sa portée à devenir membres de l’église. L’église a cessé d’être l’assemblée des rachetés, mais le corps qui administrait la grâce de Dieu aux croyants et aux incroyants par les sacrements.

Dès que l’Église de Rome a commencé à se détourner d’être l’assemblée des rachetés, certaines églises se sont écartées et n’auraient aucun lien avec cette église qu’elles considéraient comme corrompu. Les gens leur ont donné beaucoup de noms, celui qui a collé pendant des siècles était cathare, ce qui veut dire pur.

L’Église catholique romaine a essayé d’éliminer les cathares. Parfois, les responsables locaux agissaient comme un tampon entre les cathares et les exigences de l’église impériale.
Cela a changé au 11e siècle, lorsque Grégoire VII est devenu pape (1073 – 1085). Il croyait que Dieu avait confié à l’église le devoir d’embrasser toute la société humaine, en lui donnant l’autorité suprême sur toutes les structures humaines. Il a concentré toute l’autorité de l’église à Rome. Il décréta que tous les prêtres et les membres des ordres religieux devaient être célibataires. Ce n’était pas obligatoire avant Grégoire. Il a également renforcé l’enseignement que lorsqu’un prêtre consacrait le pain et le vin de la messe, ils devenaient le véritable corps et le vrai sang de Jésus.

L’église devint plus forte et l’empire plus faible. Le pape Grégoire a affirmé son autorité sur le monarque du Saint Empire romain germanique. L’église a institué l’Inquisition et les croisades pour éliminer toute dissidence de l’église catholique de l’empire.

Il y a peu d’informations pour les années précédentes, mais les archives de l’Inquisition mettent en lumière un réseau d’églises au Languedoc, une région du sud de la France. Nous connaissons ces églises comme des Albigeois, d’après le nom de l’une des plus grandes villes du Languedoc, ou plus souvent des cathares.

L’Église catholique romaine a accusé les cathares de croyances et de pratiques non chrétiennes. L’historienne française Anne Brenon a étudié les documents de l’Inquisition. Plutôt que d’accepter les accusations des persécuteurs, elle a cherché les réponses des cathares. L’image qui se dégage révèle un peuple vivant en paix parmi les catholiques et d’autres personnes qui ne partagent pas leur foi. Jusqu’à l’inquisition, cela ne posait de problème à personne.

La Bible était le fondement de la foi cathare. Ils ont rejeté tous les autres écrits, y compris ceux des pères de l’Église catholique romaine. Ils prétendaient être les vrais successeurs de l’Église apostolique, ne reconnaissaient que deux sacrements, le baptême et la Cène du Seigneur, et étaient remarquables par la pureté de leur vie. Lorsque l’Église catholique a lancé une croisade contre eux, ils n’ont pas pris les armes pour se défendre. Cependant, les autorités locales, qui étaient souvent des amis proches, voire des membres de la famille, ont tenté d’empêcher le massacre des cathares par des combats armés. Les cathares du Languedoc avaient des liens avec les Vaudois, et certains se sont réfugiés chez eux pour échapper à la persécution.

Anne Brenon a passé des décennies à faire des recherches sur les cathares. Je lis Cathares, la contre-enquête. Anne Brenon écrit qu’elle est non-croyante, désillusionnée par les manifestations contemporaines de ce qui se passe pour le christianisme. Pourtant, la foi authentique du peuple cathare d’il y a plusieurs siècles la touche et l’inspire.

Cathares, la contre-enquête, Anne Brenon et Jean-Philippe de Tonnac, © 2011 Éditions Albin Michel

Publié dans Église primitive | Marqué , , , , , , , , , , , | 2 commentaires

Questions auprès d’un feu de charbon

ash-2591_640

C’est Matthieu qui a enregistré la déclaration audacieuse de Pierre selon laquelle, bien que tous les autres puissent trébucher aux choses qui vont arriver à Jésus, lui (Pierre) ne trébucherait jamais. Jésus a ensuite dit à Pierre qu’avant l’aube il le renierait trois fois. Pierre a de nouveau déclaré sa loyauté, affirmant qu’il était prêt à mourir avec Jésus.

Quand les soldats sont venus chercher Jésus, Pierre a montré sa loyauté en tirant son épée et en le balayant a coupé l’oreille d’un homme. De toute évidence, Pierre n’était pas un maître à l’épée. Quand Jésus a dit à Pierre de ranger son épée, puis a guéri l’oreille de l’homme, Pierre ne savait plus quoi faire, il ne pouvait pas comprendre pourquoi son Seigneur se comportait comme il le faisait.

Pierre suivit les soldats jusqu’à la cour du palais du souverain sacrificateur et, sentant le froid dans l’air de la nuit, alla se réchauffer près d’un feu de charbon qui y brûlait. Ici, il a nié à trois reprises avoir connu Jésus. Au moment où il prononça le troisième démenti, le coq se mit à chanter, indiquant l’aube. Luc, dans son récit, nous dit qu’à ce moment-là, Jésus se tourna et regarda Pierre, qui se souvenait des paroles de son Seigneur et sortit en pleurant amèrement.

Quelques jours plus tard, après la crucifixion et la résurrection, Pierre ne semblait toujours pas savoir ce que l’avenir lui réservait. Alors il est allé pêcher avec six autres disciples. Quand ils sont arrivés à la berge avec leur filet plein de poissons, ils y ont trouvé Jésus, tenant un feu de charbon sur lequel étaient posés du poisson et du pain.

Le feu n’était pas une coïncidence. La seule autre mention d’un feu de charbon dans la Bible est celle dans la cour du souverain sacrificateur. C’était une mise en scène que Jésus préparait. Pierre ne pouvait pas manquer la signification d’être en présence de Jésus auprès d’un feu de charbon. Le souvenir douloureux devait être presque tout ce qu’il pouvait supporter. Qu’avait Jésus en tête?

Pierre dut attendre la fin du repas pour le savoir. Puis Jésus lui demanda : « Pierre, penses-tu toujours que tu m’aimes plus que tous les autres? » Compte tenu de l’ensemble de la scène, ce sens est indéniable.

La réponse de Peter en est une de foi, sans évidence de son ancienne bravade : « Oui Seigneur, tu sais que je t’aime. »

Jésus posa la question deux fois de plus, une fois pour chaque fois que Pierre l’avait renié. La Bible dit que Pierre était affligé, mais qu’il répondait toujours de la même manière simple.

Après chaque réponse de Pierre, Jésus lui a dit : « Pais mes brebis ». Il ne rejetait pas Pierre, mais lui confiait une grande responsabilité. Maintenant que Pierre a perdu toute sa vantardise, il était un homme que le Seigneur pouvait utiliser.

Publié dans Insolite | Marqué , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Ancestry.com a essayé de me voler mon héritage français!

Plus tôt cette année, j’ai envoyé un échantillon de salive à Ancestry.com pour des tests ADN. Le résultat du test a montré que j’avais 4% d’ascendance française. Cela m’a rendu perplexe jusqu’à ce que j’ai regardé leur carte pour découvrir comment ils ont tracé les frontières ethniques en Europe. Sur leur carte, le nord de la France est inclus dans le groupe ethnique allemand.

Récemment, ils ont affiné leur système d’analyse. Maintenant, selon Ancestry.com, mon ascendance française est de 0%. Cela peut être vrai selon leurs critères, mais je ne suis pas impressionné.

map-of-france-1290907_640.png

Ma grand-mère était franco-américaine et parlait français. Son grand-père, Louis Bigaré, est né en Lorraine et a servi dans la Grande Armée de Napoléon en tant que maître d’armes avant d’émigrer aux États-Unis.

Donc, pfft à vous Ancestry.com! Selon les critères qui comptent vraiment, j’ai 12,5% d’ascendance française (le père de ma grand-mère était Nicolas Bigaré, mais sa mère était une Kellogg).

Publié dans Insolite | Marqué , , , , , , , , | Laisser un commentaire