Le besoin de la communion fraternelle

J’ai récemment lu quelque chose écrit par une jeune femme dont les parents sont des chrétiens très conservateurs. Elle a raconté à quel point il avait été difficile de trouver une église où elle puisse se sentir chez elle, car elle ne voulait pas se joindre à quelque chose qui ressemblait à la façon dont elle avait grandi.

Je ressens de la compassion pour elle, mais j’ai bien peur qu’elle ait mal diagnostiqué le problème. Ses parents ne semblent pas d’avoir été ultra stricts, mais ils n’avaient eu aucune relation avec d’autres chrétiens ayant des convictions similaires. Ils ont essayé diverses églises, mais avaient toujours de bonnes raisons pour lesquelles ils devaient rompre leur communion fraternelle.

C’est probable que notre fille se plaindrait de la même manière aujourd’hui si nous n’avions pas rejoint l’Église de Dieu en Christ, mennonite il y a quarante ans. Avant cela, alors qu’elle était très jeune, nous avions fréquenté plusieurs églises, pour quelques mois ou un an ou deux à chacun.

Notre fille avait six ans lorsque nous avons commencé à assister régulièrement à une assemblée de cette église et sept ans lorsque nous avons été baptisés et devenus membres. À partir de ce moment-là, la plupart de ses amis étaient des enfants de nos amis. Nous avons fréquenté ensemble l’église, partagé des repas et des soirées dans leurs maisons et dans le nôtre, et respecté à peu près les mêmes principes pour élever nos enfants.

Quarante ans plus tard, nous avons une fille chrétienne, un beau gendre chrétien, et quatre petits-enfants, dont l’un est récemment devenu chrétien. C’est la bénédiction de suivre la direction du Saint-Esprit. Je ne vois pas comment nous aurions pu profiter de ces bénédictions aujourd’hui si nous avions continué d’aller d’une église à l’autre, ou même si nous nous sommes retirés complètement de l’église organisée.

Nous avons connu des familles qui sont restées dans une église, mais ont imposé à leurs propres enfants des normes plus élevées que celles des autres familles de cette église. Leurs enfants se sont rebellés. Les parents voulaient bien faire, mais ils ne comprenaient pas que la communion fraternelle avait plus de valeur que la perfection dans les petits détails.

Nous ne pouvons pas élever des enfants chrétiens si nous nous tenons à l’écart des autres chrétiens. Oui, nous devons éviter la mondanité. Oui, nous devons défendre la pureté morale et spirituelle.

Mais nous devons également éviter la pharisaïsme et une attitude critique envers les autres. Ces choses empoisonnent l’atmosphère dans un foyer et feront éventuellement que nos enfants se rebellent contre nous et tout ce que nous avons essayé de leur enseigner. Cela peut aussi les amener à devenir des marginaux sociaux, solitaires, incapables de développer une relation significative avec les autres.

Dieu nous a créés de manière à ce qu’aucun d’entre nous ne soit complet en soi. Nous avons besoin des autres pour fournir ce qui nous manque. Les épîtres du Nouveau Testament ont beaucoup d’instructions pour nous aider à vivre en communion avec d’autres chrétiens. Ceci est important pour nous et pour nos enfants.

Surtout, n’appelons pas cela la communion fraternelle chrétienne lorsque nous sommes totalement d’accord avec quelqu’un d’autre sur les erreurs que font les autres. La patience et le pardon sont essentiels à la vraie communion fraternelle.  Le plus important est de voir Christ l’un dans l’autre, quels que soit notre origine ethnique ou notre statut économique. Les gens autour de nous font des erreurs. Voyons-nous seulement les erreurs ou voyons-nous un frère ou sœur chrétien qui essaie dans la faiblesse à suivre le Saint-Esprit ? C’est ainsi que nous voulons qu’ils nous voient, n’est-ce pas ?

Il n’y a ici ni Grec ni juif, ni circoncis ni incirconcis, ni barbare ni Scythe, ni esclave ni libre ; mais Christ est tout et en tous. (1 Corinthiens 3.11)

Publié dans Apologétique | Marqué , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

La tendance beige

Au café, je commande toujours un cappuccino avec sirop amaretto. La serveuse peut commencer le préparer aussitôt qu’elle me voit entrer le café.

C’est la même chose lorsque je commande un sandwich sous-marin. C’est toujours le même pain, les mêmes ingrédients, la même sauce, aucun sel ou poivre.

J’achète une nouvelle chemise et lorsque je la montre à ma femme, elle dit : « Mais, c’est presque identique à toutes les autres chemises dans ta garde-robe. »

Je suis une personne complètement ennuyante. Pas de surprises, aucun nouveau départ pour moi. Selon un reportage récemment apparu dans la Presse, cela me place dans l’avant-garde des tendances de nos jours.

tranquility-base-3877555_640

Le quotidien l’appelle la tendance beige. Selon les études, les milléniaux boivent moins que leurs parents au même âge, attendent plus longtemps avant leur première relation sexuelle et ont un penchant pour l’épargne.

Les gens ont eu assez des expériences trépidantes. Maintenant c’est le temps de voyages plates, le divertissement plat, la nourriture plate. Les gens sont fatigués par la recherche de toujours plus, maintenant ils veulent moins.

Je suis fait pour ce temps-ci.

Le seul hic est que, étant né en 1942, je suis parti de l’ancien millénium.

Publié dans Insolite | Marqué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Le blé Red Fife pour les personnes intolérantes au gluten

Je me souviens que dans mon enfance, je prenais un épi de blé mûr que je roulais dans mes mains pour extraire les grains, puis je les mettais dans la bouche et les mastiquais. Bientôt, j’avais un masse un peu comme un chewing-gum dans ma bouche. C’était le gluten dans les grains de blé.

Le gluten est le composant principal de la protéine dans le blé et cette caractéristique gommeuse est ce qui fait lever le pain. La levure en fermentation dans la pâte à pain produit de petites bulles de dioxyde de carbone qui sont piégées par le gluten.

bread-1319583_1920

Ces dernières années, il est devenu évident que pour environ 1 % des personnes le gluten dans leur diète produit des problèmes de santé sévères, une maladie appelée cœliaque. Un nombre indéterminé d’autres ont des problèmes moins graves après avoir consommé des produits contenant du gluten. Je dis indéterminée, car l’étendue de l’intolérance au gluten est difficile à déterminer. Il est devenu populaire de blâmer tous les problèmes digestifs au gluten. Il y a même une campagne de peur qui dit que le gluten est mauvais pour nous tous. Si tel est le cas, pourquoi le gluten ne pose-t-il pas autant de problèmes aux générations précédentes ?

Le gluten semble poser une problème, mais non pas tout gluten. Le gluten est un composé de deux protéines, la gliadine et la gluténine. Dans les anciennes variétés de blé, telles que Red Fife et Marquis, le gluten contient environ 1/3 de gliadine et 2/3 de gluténine. Les variétés modernes de blé contiennent jusqu’à 80 % de gliadine.

Les variétés de blé ont été « améliorées » pour augmenter le rendement et la résistance aux maladies des plantes. Dans le processus, beaucoup du saveur a été perdue. Il devient maintenant évident que nous ne pouvons pas altérer les proportions de gliadine et de gluténine dans le gluten sans causer de souffrance à au moins certaines personnes.

Le blé Red Fife est de nouveau cultivé au Canada. Marc Loiselle de Vonda, en Saskatchewan, est un important producteur et promoteur de Red Fife. La ferme Loiselle cultive également une variété sélectionnée de blé Marquis.

Pour la plupart des gens, il n’est peut-être pas nécessaire d’éviter complètement le pain ou d’utiliser des substituts de farine exotiques ; il suffit de revenir aux anciennes variétés si vous avez un problème avec le pain fabriqué à partir des variétés de blé les plus récentes. Cependant, le gluten ajouté à une grande variété d’autres aliments provient de variétés de blé modernes et il serait bon de lire attentivement les étiquettes lorsque vous faites vos courses.

Je n’ai pas moi-même de problème avec les aliments contenant du gluten. Je ne suis pas non plus un expert médical ou nutritionnel. Je crois qu’il serait sage d’éviter l’auto-diagnostic et l’auto-traitement de la maladie cœliaque. Voici des conseils tirés du site Web de l’Ordre professionnel des diététistes du Québec :

Le régime sans gluten ne doit pas être entrepris sans évaluation préalable par un médecin visant à diagnostiquer les personnes atteintes de la maladie cœliaque. L’application d’un régime sans gluten à l’aveugle sans diagnostic établi de maladie cœliaque comporte des risques graves pour la santé d’un individu.

Le régime sans gluten est restrictif, complexe et, par conséquent, déconseillé sans indication médicale. Sans changement adéquat des habitudes alimentaires, il comporte des risques de monotonie alimentaire et de carences nutritionnelles (fibres, vitamines et minéraux). Les risques de surconsommation alimentaire par compensation (sucre, gras, sel) sont également présents, par le sentiment de privation que les restrictions peuvent engendrer.

Pour le plupart d’entre nous, il n’est pas nécessaire d’abandonner le pain lorsqu’il est possible d’obtenir de la farine et du pain de variétés telles que Red Fife et Marquis. Si ce n’est pour aucune autre raison, essayez-le pour découvrir le vrai bon goût du pain.

Publié dans Insolite | Marqué , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Un grain de blé

Combien de personnes peut-on nourrir avec seulement un grain de blé ? David Fife a nourri des millions.

wheat-1530321_640

La famille Fife est arrivée au Canada en provenance d’Écosse en 1820, alors que David avait 15 ans. Ils se sont établis dans le canton d’Otanabee, à l’est de Peterborough, en Ontario. Quand David avait 20 ans, il a épousé Jane Becket et ils se sont établis sur leur propre ferme. Les agriculteurs de cette région cultivaient une variété de blé d’hiver appelée Sibérie. Il survivait aux hivers froids, mais avait un faible rendement et était susceptible à la rouille, une maladie fongique qui affaiblissait la plante.

David Fife écrit à un ami à Glasgow pour demander un échantillon d’un meilleur blé. Son ami a trouvé un navire dans le port, déchargeant du blé chargé à Dantzig, probablement en provenance d’Ukraine. Il a laissé échapper son chapeau dans le blé et lorsque il l’a recouvert il y avait quelques graines dans la bande du chapeau. Il les a envoyés à David Fife.

Le paquet de grains de blé est arrivé juste avant les semailles en 1842. Ni David Fife ni son ami ne savaient s’il s’agissait de blé d’hiver ou de printemps. David Fife a planté la moitié des graines au printemps, prévoyant de semer le reste à l’automne. Les grains semés au printemps n’ont pas mûri, à l’exception d’un plant qui a produit trois épis de grain mûr. David Fife a planté les graines de ces trois épis le printemps suivant.

Peu avant la moisson, la vache de famille a échappé de son pâturage et a mangé presque toutes les plantes. Mme Fife l’a vu jusqu’au temps de sauver une plante. David Fife a continué à multiplier ce blé jusqu’à ce qu’il moissonna 240 boisseaux en 1848. Il savait alors qu’il avait une variété de blé dont le rendement était bien supérieur à celui de la Sibérie, qui mûrissait tôt et n’était pas susceptible à la rouille. En plus, il avait d’excellentes qualités de minoterie et de boulangerie.

David Fife a commencé à mettre ce blé à la disposition de ses voisins et, en 1860, il avait supplanté toutes les autres variétés de blé cultivées au Canada. Comme les graines étaient rouges et que la variété a été introduite par David Fife, on l’a baptisée Red Fife. À la fin du XIXe siècle, le blé Red Fife avait la réputation d’être le meilleur blé de printemps au monde.

Lorsque l’agriculture a commencé sur les Prairies canadiennes, le premier blé cultivé était Red Fife. La saison de croissance des Prairies a toutefois été un peu trop courte. Charles Saunders a croisé les blés Red Fife et Hard Red Calcutta et a sélectionné les meilleurs cultivars pour développer le blé Marquis, ce qui a permis aux Prairies de Canada de devenir le grenier du monde. Ces variétés ont été supplantées au fil des ans, mais font maintenant un retour en force, pour des raisons dont je traiterai dans mon prochain chronique.

Tout a commencé avec un seul grain de blé. Personne ne sait si ce grain de blé provenait d’une variante naturelle de l’autre blé sur ce navire, ou s’il y avait des variétés mélangées dans ce chargement. Grâce au travail minutieux de David Fife dans la multiplication du blé cultivé à partir de ce grain unique, il a nourri des millions de personnes.

Ne pensez jamais que le peu que vous avez ne vaut pas la peine d’œuvrer avec. « Car qui est-ce qui a méprisé le temps des petits commencements? » (Zacharie 4.10).

Publié dans Insolite | Marqué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Réjouissons-nous

« Je ne sais pas pourquoi nous sommes ici, mais je suis à peu près sûr que ce n’est pas pour s’amuser. »
— Ludwig Wittgenstein

Une vision sombre, dure et froide de la vie. Wittgenstein, originaire d’Autriche et qui a passé une grande partie de sa vie en Angleterre, est considéré comme l’un des plus grands penseurs du XXe siècle. Il craignait que les gens ne comprennent pas ce qu’il essayait de dire. Je ne le fais certainement pas.

Il y a un siècle, Billy Sunday, le plus important évangéliste américain de son temps, a déclaré : « Dieu n’est pas une explication, il est une révélation. » Nous pouvons qualifier cette déclaration de simpliste si nous le souhaitons. Nous pouvons aussi appeler Billy Sunday simple d’esprit. Mais il avait raison.

baby-72224_640

Si nous ignorons ce que Dieu a révélé dans sa Parole et si nous ne croyons que ce qui est révélé par notre esprit, nous serons comme M. Wittgenstein. L’effort héroïque de faire de l’esprit humain la mesure de tout ce qui existe a amené de nombreux grands penseurs à conclure que tout était vide, sans signification, sans espoir, sans joie.

Si nous faisons confiance à ce que Dieu a révélé dans sa Parole, nous constaterons que la vie est pleine et rempli de sens. Il y a de l’espoir et de la joie. Malgré la perspective morne de M. Wittgenstein, il est de la volonté de Dieu que nous nous réjouissions dans la vie.

Psaume 5.12 : Alors tous ceux qui se confient en toi se réjouiront, ils auront de l’allégresse à toujours, et tu les protégeras ; tu seras un sujet de joie pour ceux qui aiment ton nom.

Psaume 16.11 : Tu me feras connaître le sentier de la vie ; il y a d’abondantes joies devant ta face, des délices éternelles à ta droite.

Psaume 30.6 : Car sa colère dure un instant, mais sa grâce toute la vie : le soir arrivent les pleurs, et le matin l’allégresse.

Psaume 32.11 : Justes, réjouissez-vous en l’Éternel et soyez dans l’allégresse ! Poussez des cris de joie, vous tous qui êtes droits de cœur.

Luc 2.10 : Mais l’ange leur dit : Ne craignez point ; car je vous annonce une bonne nouvelle qui sera pour tout le peuple le sujet d’une grande joie.

Jean 15.11 : Je vous ai dit ces choses, afin que ma joie soit en vous, et que votre joie soit parfaite.

Publié dans Insolite | Marqué , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

L’importance du cœur

On ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux.
-Antoine de Saint -Exupéry

heart-960458_640

Le cœur a ses raisons, que le raison ne connaît point.

C’est le cœur qui sent Dieu et non la raison. Voilà ce que c’est que la foi : Dieu sensible au cœur, non à la raison.

Les hommes prennent souvent leurs imaginations pour leur cœur ; et ils croient être convertis dès qu’ils pensent à se convertir.
-Blaise Pascal

Publié dans Citations | Marqué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Anabaptistes francophones

Les premiers explorateurs et colons de la Nouvelle-France appartenaient en grande partie à la religion protestante. Néanmoins, le pouvoir de l’Église catholique romaine en France était tel qu’à terme, il a été possible d’empêcher une nouvelle émigration de protestants en Nouvelle-France et l’envoi de pasteurs protestants. Ainsi, depuis plusieurs centaines d’années, la plupart des Québécois considèrent le catholicisme comme faisant partie de leur identité.

Pendant plusieurs siècles, l’Église catholique romaine s’est proclamée l’unique défenseur de la langue française au Québec, affirmant que si quelqu’un quittait cette foi, il abandonnerait également la langue française. C’était essentiellement une prophétie auto-réalisatrice, car l’Église contrôlait les écoles, les hôpitaux et avertissait ses membres de ne pas employer un protestant ni de faire des emplettes chez une commerce détenu par une protestante.

Les choses ont changé ; on retrouve maintenant au Québec une représentation de presque toutes les dénominations connues dans le reste du Canada, y compris l’Église de Dieu en Christ, mennonite. Néanmoins, même au 21e siècle, la plupart des Québécois considèrent que les autres confessions chrétiennes sont étrangères, même si seulement 6 % de ceux qui s’identifient comme catholiques assistent régulièrement à des offices dans cette église.

bible-1245795_640

Ceci, dans un microcosme, illustre le dilemme de partager l’évangile avec le monde francophone. Le français est parlé et enseigné sur tous les continents et pratiquement tous les pays. On rapporte qu’à l’heure actuelle 100 millions de personnes sont en train d’apprendre le français. Il est souvent fait état d’un réveil évangélique en France et les églises évangéliques se développent rapidement dans de nombreux pays francophones d’Afrique.

Mais le protestantisme évangélique n’est pas la foi une fois transmise aux saints. Cela peut sembler une affirmation scandaleuse, mais il y a des raisons de penser que le protestantisme est à l’origine une version diluée de la foi anabaptiste, promue par ceux qui craignent la persécution et se sont donc faites des compromises avec les autorités civiles.

Nous souhaitons partager la vieille foi sans mélange avec les habitants du monde francophone. Pour ce faire, nous devrons surmonter leur préjugé inhérent, à savoir qu’il s’agit d’une invention récente des Nord-Américains anglophones.

Nous devons éviter de donner l’impression que les gens doivent apprendre l’anglais pour bien comprendre notre foi et que les seuls documents-source fiables sont écrits en anglais. Pour ceux d’entre nous dont la langue maternelle est l’anglais, nous pouvons facilement donner cette impression sans même nous rendre compte que nous le faisons.

Il y a 900 ans des anabaptistes existent déjà dans le sud de la France et dans les vallées des Alpes. Ils étaient appelés Albigeois et Vaudois. Nous avons des écrits de cette période qui enseignent la même foi que celle que nous tenons aujourd’hui. J’ai publié certains d’entre eux sur ce blogue. Je pense que nous devrions nous familiariser avec cet héritage et le rendre disponible aux autres dans le monde francophone.

En outre, certains des premiers dirigeants mennonites des pays bas parlaient le néerlandais et le français, tels que Théodore Philippe, Jacques Le Chandelier, Jacques d’Auchy et d’autres. Un livre de leurs écrits était publié en français en l’an 1626. Le livre a besoin d’être mis à jour dans une langue plus accessible aux lecteurs d’aujourd’hui, mais cela semble aussi être une ressource précieuse pour montrer l’antiquité de notre foi.

À présent, l’Église de Dieu en Christ, mennonite a des assemblées en trois pays francophone africains et des missions en trois autres pays. Il y a aussi des membres francophone en Haïti et au Québec. Mais cela est très peu dans le grand monde francophone. L’Église publie un grand nombre de traités évangéliques et ils sont distribués presque partout dans le monde francophone. Voir Société évangélique des Bibles et de traités sur le côté de ce blogue.

L’Église a aussi publié quelques livres et livrets et j’espère que nous puissions ajouter d’autres aussi vite que possible, ce qui doit inclure quelque chose pour les enfants. Ici encore, je ne crois pas que les livres écrits pour les enfants d’Amérique du Nord sont nécessairement bien adaptés pour les enfants Européens et Africains.

Il y a un autre aspect de ma vision pour la diffusion du message de l’évangile en français. Beaucoup des langues du monde sont des langues qui servent comme des soutiens d’une identité ethnique ou tribale. Le français est une langue qui sert comme pont entre tous les ethnies. Grand nombre de gens l’apprenne comme langue seconde pour cette raison. Il y a 750,000 gens qui parlent français dans l’Ouest du Canada. On dit qu’il y a onze millions aux États-Unis qui parlent français, autant qu’au Canada. Y a-t-il meilleure moyen de mettre l’évangile à leur portée que par l’internet?

Publié dans Apologétique | Marqué , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

la Bible – source de lumière

[Répétition d’un article publié ici il y a quatre ans.]

Pendant beaucoup d’années l’Église catholique romaine au Québec interdisait la possession de la Bible par ses membres. C’était à peu près d’il y a 175 ans que des missionnaires suisses et autres commençaient à parcourir les routes de campagne pour vendre les Bibles et parler de la voie du salut. L’histoire racontée ci-dessous remonte de ce temps-là. Elle se trouve dans le livre Histoire du protestantisme français au Canada et aux États-Unis par R.-P. Duclos, publié pour la première fois en 1912.

people-2604834_640

Zéphirin Patenaude, dans une de ses courses de colportage dans la paroisse de St-D., c’était en février à la fin d’une journée de travail, commença à s’enquérir d’un endroit où il pourrait passer la nuit ; partout il rencontrait un accueil glacé et recevait un refus. Enfin, il frappe à une porte et demande une place au coin du feu, n’osant pas solliciter une plus grande faveur ; on la lui accorde. Les quatre hommes présents, connaissant qu’il était, commencèrent de parler de religion. On peut s’imaginer ses craintes, s’attendant à être mis à la porte.

D’un autre côté, sa conscience parlait, un instant il éleva son âme vers Dieu et trouva le courage de rendre son témoignage ; puis il osa demander un gîte pour la nuit. L’un des hommes lui dit : « Je m’en vais chez moi dans un instant, venez avec moi, je puis vous loger. » Il lui offrit un bon souper, une bonne chambre et un excellent déjeuner.

Le matin, lorsque M. Patenaude remerciait son hôte pour son hospitalité, il lui dit : « Il faut que je vous dise pourquoi je vous ai traité de la sorte ; il y a deux semaines, j’eus un singulier rêve, à deux heures de la nuit ; je rêvais qu’un homme frappait à ma porte ; elle s’ouvrit, il entra, sortit de sa poche un petit livre et lorsqu’il l’eut ouvert, la maison fut rempli de lumière. Je fus si frappé que je n’ai pas dormi le reste de la nuit. En vous voyant entrer chez mon voisin, je vous ai reconnu pour l’homme que j’avais vu dans mon rêve. Voilà pourquoi je tenais à causer avec vous et à vous entendre. »

Publié dans Apologétique | Marqué , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Adieu 2018

2018 tire à sa fin. Qu’est-ce qui nous attend en 2019 ? Dieu seul le sait. Puissions-nous lui prendre la main et marcher avec lui tout au long de l’année.

new-years-eve-3822940_640

Ô Seigneur Éternel ! une nouvelle année
Par ta grande bonté nous est encor donnée :
Ah ! donne nous aussi d’y vivre par la foi,
Et de la consacrer uniquement à toi.

Que ce soit pour nous tous l’an de la bienveillance,
Que ce soit l’an de grâce et de la délivrance !
Que notre âme, docile à ta puissante voix,
Jésus, trouve la paix à l’ombre de ta croix !

Nos jours sont en tes mains, notre course est bornée,
Et plusieurs sont entrés dans leur dernière année :
Veillons donc et s’il faut bientôt quitter ces lieux,
Nous savons que là-haut nous attend notre Dieu.

— Charles Recordon

start-line-3449607_640

Bonne et heureuse année 2019 !

Publié dans Insolite | Marqué , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Leçons pour la vie prises de l’épître de Jacques

1. Si vous avez dans votre cœur un zèle amer et un esprit de dispute, ne vous glorifiez pas et ne mentez pas contre la vérité. Cette sagesse n’est pas celle qui vient d’en haut, mais elle est terrestre, charnelle, diabolique. (3.14-15)

Même si j’ai raison sur un sujet, si je parle avec colère et amertume, j’ai tort.

2. La colère de l’homme n’accomplit pas la justice de Dieu. (1.20)

Je pourrais penser que je me tiens pour la défense de la vérité de Dieu, mais si je me fâche, je porte préjudice à sa cause.

3. L’épreuve de votre foi produit la patience (1. 3)

Je ne peux pas augmenter ma patience en évitant les situations qui le mettent à l’épreuve. Même si j’échoue parfois à l’épreuve, j’apprends que je ne peux pas me fier uniquement à moi-même dans ces circonstances.

4. La sagesse d’en haut est premièrement pure, ensuite pacifique, modérée, conciliante, pleine de miséricorde et de bons fruits, exempte de duplicité, d’hypocrisie. (3.17)

Je ne suis pas naturellement doué de ce genre de sagesse. Je dois le chercher d’en haut, de Dieu.

5. Soumettez-vous donc à Dieu ; résistez au diable et il fuira loin de vous. (4.7)

Pourquoi ne pourrais-je pas apprendre par moi-même comment faire ce qui est bien ? Instinctivement, je résiste à l’idée de soumission à Dieu, cela ressemble à un échec. Mais je constate que c’est ma résistance tenace qui mène à l’échec et que la soumission est la voie de la victoire.

6. Confessez donc vos péchés les unes aux autres, et priez les uns pour les autres, afin que vous soyez guéris. La prière fervente du juste à un grand efficace. (5.16)

Mais d’autres ne me comprendront pas. Ils ne connaissent pas les problèmes, les tentations et les frustrations auxquels je dois faire face. Cependant, lorsque nous partageons nos luttes, nous réalisons à quel point nous sommes semblables et que nous sommes tous confrontés au même ennemi spirituel. Par la prière, nous avons tous accès au pouvoir pour vaincre nos doutes, nos épreuves et nos tentations.

7. Si vous accomplissez la loi royale, selon l’Écriture : Tu aimera votre prochain comme toi-même, vous ferez bien (2.8)

C’est à juste titre qu’on l’appelle la loi royale. C’est la règle unique pour les citoyens du royaume des cieux. Tout le reste n’est que commentaire.

Publié dans Insolite | Marqué , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire