La sagesse

La connaissance de l’univers serait en quelque sorte défectueuse si aucun résultat pratique ne s’ensuivit.
-Cicéron

Image par DEZALB de Pixabay
Publié dans Citations | Marqué , , | Laisser un commentaire

La prière sincère

Lorsque vous priez, laissez plutôt votre cœur être sans paroles que vos paroles sans cœur.
John Bunyan

Publié dans Citations | Marqué , | Laisser un commentaire

Certains esprits ont besoin d’être éteints

J’étais seul dans la salle à manger quand Mélanie est entrée. Elle s’est assise de l’autre côté de la table, ouvert son sac à lunch et annonça : « Il m’a dit que je ressemblais à un cheval. »

« Quoi ? Qui a dit ça ? »

« Stéphane, ce jeune homme qui a trouvé un emploi d’été ici. Il s’est approché de moi et m’a dit : “Tu ressembles à un cheval”. »

Pendant que j’essayais de digérer cela, elle m’a demandé : « Il va à l’école biblique, n’est-ce pas ? Qu’est-ce qu’il apprend là-bas ? »

« Je ne sais pas. »

Ce n’était pas exactement vrai. J’ai déjà entendu des histoires étranges au sujet des étudiants du collège biblique fréquenté par Stéphane. Ils avaient la réputation d’avoir un comportement bizarre et inconsidéré. L’école les a encouragés à « n’éteignez point l’Esprit ». Ils devraient être ouverts et enthousiasmés; parler et agir selon les impulsions qui viennent à leur esprit, parce que toutes ces impulsions viennent assurément de la part du Saint-Esprit.

« Que compte-t-il faire une fois diplômé ? Devenir missionnaire ? »

« Probablement. »

« Comment ça va marcher ? »

J’ai admis qu’il ne semblait pas que Stéphane ait appris comment entamer des relations avec les autres d’une manière qui serait un atout pour la cause du Christ.

Avec cela, notre conversation s’est tournée vers des sujets autres que Stéphane, mais de temps en temps cela se rejoue dans mon esprit. Mélanie était catholique romaine. Travailler avec Stéphane ne l’a pas donné l’impression que le christianisme évangélique avait quoi que ce soit pour l’intéresser.

Je suis tout à fait favorable à l’enthousiasme et à la promptitude à suivre la direction du Saint-Esprit. Mais la Bible nous dit aussi que les esprits des prophètes sont soumis aux prophètes, que nous devons éprouver les esprits, et qu’un jour nous devrons rendre compte de toute parole vaine que nous avons dite. Stéphane a échoué sur tous ces plans.

Voici des conseils de l’apôtre Paul : « Que votre parole soit toujours accompagnée de grâce et assaisonnée de sel, de manière que vous sachiez répondre à chacun comme il faut » Colossiens 4.6. « Exhorte de même les jeunes hommes à être sages. Donnant toi-même en toutes choses l’exemple de bonnes œuvres, par la pureté de la doctrine et la gravité, une parole saine, irréprochable, afin que les adversaires soient confondus, n’ayant aucun mal à dire de vous » Tite 2.6-8.

[Ceci est une histoire vraie, les noms ont été changés, le lieu restera non identifié.]

Publié dans Insolite | Marqué , , , , , | Laisser un commentaire

Il voulait plus qu’un dessert

l y a quelques années, nous avons visité une assemblée de l’Église de Dieu en Christ, mennonite en Pennsylvanie. Un homme âgé qui avait récemment commencé à y assister m’a dit : « Dans l’église à laquelle j’appartenais, on nous servait un dessert tous les dimanches matin, mais jamais de viande. Je devais venir ici pour prendre un solide repas spirituel. »

I

Puisse-t-il toujours être vrai que nos assemblées fournissent une solide nourriture spirituelle à ceux qui assistent à nos cultes. C’est une chose d’introduire de nouveaux cantiques et de rendre nos sermons facilement compréhensibles pour les gens de notre époque et notre communauté. Mais puissions-nous ne jamais chercher seulement à divertir.

Soit dit en passant, cet homme et ses deux enfants ont plus tard été baptisés et sont devenus membres de l’Église de Dieu en Christ, mennonite.

Publié dans Témoignage | Marqué , , , | Laisser un commentaire

Le pardon

Pardonne-nous nos offenses, comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés, Matthieu 6.12.

Si vous pardonnez aux hommes leurs offenses, votre Père céleste vous pardonnera aussi ; mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père ne pardonnera pas non plus vos offenses. Matthieu 6.14-15.

Le pardon est un don. C’est le sens du mot. Nous ne le méritons pas, nous ne pouvons pas le gagner par nos œuvres. Il n’y a pas de clause de réserve dans le vrai pardon. Lorsque Dieu nous pardonne, notre offense est effacée des archives célestes. Nous devons faire de même lorsque nous pardonnons à quelqu’un. Nous devons déclarer en nous-mêmes que la dette est payée, jeter le dossier et ne plus le mentionner.

Quand Jésus a dit à Pierre qu’il devrait pardonner jusqu’à soixante-dix fois sept fois, ce qu’il voulait dire était « Arrête de compter ! Si vous gardez un registre de toutes les instances précédentes, vous n’avez pas vraiment pardonné. »

Il est possible que quelqu’un me blesse d’une manière qui le rende responsable devant les tribunaux de notre pays et devant le tribunal de Christ. Je ne peux rien y faire. Ce que je peux faire, et je dois le faire, c’est de pardonner à cette personne afin que je puisse être libre. Si je refuse le pardon jusqu’à ce que la personne soit correctement jugée par la loi de notre pays ou la loi de Dieu, je serai en esclavage.

Peut-être, cela ne semble pas juste. Mais je ne suis pas juge ; Dieu traitera avec justice avec nous deux. Il ressort de Matthieu 6:15 que ne pas pouvoir ou ne pas vouloir pardonner est un péché plus grave que tout autre, car il fait obstacle à la capacité de Dieu de me pardonner.

Le miracle de savoir que Dieu m’a pardonné et m’a donné la grâce de pardonner aux autres est la porte d’entrée aux richesses insondables du Christ.

Publié dans Apologétique | Marqué , , , , , | Laisser un commentaire

Rencontre avec Jésus

Dans le premier chapitre de l’Apocalypse, l’apôtre Jean décrit sa rencontre avec Jésus dans toute sa gloire. Jésus se tenait au milieu de sept chandeliers d’or, ses yeux comme des flammes de feu, son visage brillait plus que le soleil, ses pieds brillaient comme de l’airain fondu, une épée aiguë à deux tranchants sortait de sa bouche, il tenait sept étoiles dans sa main droite, et sa voix était comme le bruit des grandes eaux. Jean s’évanouit à la vue, tombant face contre terre devant ce Jésus glorieux.

Pourtant, c’était toujours le même Jésus que Jean connaissait. Il s’est penché et a aidé Jean à ses pieds, lui disant de ne pas avoir peur.

Un jour viendra où nous nous tiendrons tous devant Jésus. Nous le verrons tel qu’il est réellement ; notre première impression sera probablement terrifiante. Nous connaîtra-t-il, nous appellera-t-il par le nom et nous accueillera-t-il dans des demeures éternelles ? Ou nous renverra-t-il en disant : « Je ne vous ai jamais connus » ?

Quelle est notre relation avec Jésus aujourd’hui ? Le verrons-nous comme un Jésus doux, domestiqué, prêt à accomplir nos souhaits ? Ou le verrons-nous comme le roi omnipotent de tout le monde et cherchons-nous à faire sa volonté ?

Est-ce que nous le connaissons ? Est-ce qu’il nous connaît ? La réponse à ces questions déterminera s’il nous accueillera chez lui à ce grand jour, ou nous enverra loin de lui pour toujours.

Publié dans Témoignage | Marqué , , , , | 1 commentaire

Qu’est-ce que la mission chrétienne ?

Pensons-nous que la mission est un travail structuré de l’Église qui consiste à élire un comité, à choisir un lieu pour faire le travail missionnaire et à choisir des gens pour y aller et y être missionnaires ? Que sont censés faire les missionnaires quand ils arrivent là-bas ?

Le point de départ de toute action chrétienne est de dire aux autres ce que Dieu a fait pour nous. Avons-nous besoin d’un comité pour nous dire de le faire ? J’espère que non. Il est possible pour chaque personne qui a expérimenté le pardon des péchés et la libération de la puissance du péché de parler aux autres de ce qu’ils ont vécu et de ce qu’ils expérimentent quotidiennement en marchent et en parlent avec Dieu.

Parfois, l’organisation est nécessaire pour partager l’évangile dans des lieux éloignés de chez nous. Mais les gens sont mal équipés pour être missionnaires loin de chez eux s’ils n’ont jamais été missionnaires près de chez eux.

Ne compliquons pas les choses. Ce n’est pas un exercice intellectuel, c’est une question de partage du cœur sur la chose la plus importante dans notre vie. Encourageons-nous les uns les autres à dire librement ce que Dieu a fait pour nous.

Publié dans Témoignage | Marqué , , | Laisser un commentaire

Écrivain ou auteur?

« Asseyez-vous et déposez tout ce qui vous vient à l’esprit, puis vous serez un écrivain; mais un auteur est quelqu’un qui peut juger de la valeur de ses propres choses, sans pitié, et détruire la plupart d’entre elles. »

Colette

Image par ROBERT SŁOMA de Pixabay

« Lorsque quelque chose peut être lu sans effort, de grands efforts ont été déployés pour l’écrire. »

Enrique Jardiel Poncela

Publié dans Citations | Marqué , , , , | Laisser un commentaire

Relier les points

Dans notre école il y avait une bibliothèque à deux étagères dans la classe de 11e et 12e année. J’ai lu tous les livres dans cette bibliothèque au cours de mes deux dernières années dans cette école. Lors de la lecture d’un de ces livres, un livre historique, j’ai eu un moment d’illumination. C’était il y a plus de 60 ans, le nom et le sujet du livre ont disparu dans la nuit des temps, mais je me souviens qu’il traitait de la même période de l’histoire que nous étudiions en classe. Il a nommé les mêmes personnes, les mêmes lieux, les mêmes événements, mais le récit était différent. C’est à ce moment-là que je me suis rendu compte que la manière dont l’histoire était racontée dépendait du point de vue de l’écrivain.

Après cela, j’ai regardé la recherche historique comme une page couverte de points, certains petits, certains grands. Différents historiens ont étudié les informations fournies par ces points et chacun a relié les points qu’il jugeait les plus importants pour produire une image reconnaissable. Certains peuvent le faire avec l’intention de tromper, mais je crois que la plupart essaient de créer une image honnête pour leurs lecteurs.

Même la Bible a des exemples d’histoires racontées de différents points de vue. Il y a deux histoires des royaumes de Juda et d’Israël. Le premier, qui consiste en 1 et 2 Samuel et 1 et 2 Rois, a été écrit avant la captivité babylonienne par Jérémie, ou par quelqu’un d’autre sous sa direction. L’unité de but liant ces livres avec le livre du prophète Jérémie est soulignée par le fait que les mêmes quatre versets forment la conclusion de 2 Rois et Jérémie. Jérémie a consulté les annales de ces royaumes et a souligné les épisodes de désobéissance et d’idolâtrie qui ont conduit au jugement de Dieu.

La deuxième histoire, écrite par Esdras après le retour des gens de leur captivité, est tirée des mêmes archives que la première. Esdras souligne combien Dieu était fidèle et avait souvent déversé des bénédictions sur son peuple. Il raconte comment le roi Manassé, le roi le plus méchant que Juda ait jamais eu, s’est repenti et a passé les dernières années de sa vie à travailler pour réparer le mal qu’il avait fait. Il y a un lien évident entre 1 et 2 Chroniques et Esdras en ce que les deux derniers versets de 2 Chroniques sont répétés au début d’Esdras.

Dans le Nouveau Testament, nous avons quatre récits de la vie de Jésus. L’Évangile de Marc est le récit d’un témoin oculaire, généralement compris comme ayant été raconté à Marc par Pierre. Matthieu écrivait pour les lecteurs juifs et a souligné en détail comment la vie de Jésus a accompli les prophéties sur le Messie. Luc a écrit en tant qu’historien grec et a raconté une histoire cohérente et bien documentée de la vie de Jésus du début à la fin, y compris la résurrection. Jean a mis davantage l’accent sur l’œuvre du Saint-Esprit. Chaque écrivain a raconté l’histoire d’une manière différente, choisissant parfois des points différents. Il n’y a pas de contradiction, nous sommes enrichis d’avoir les quatre.

Nous devons être très prudents en acceptant tout ce que nous lisons dans l’actualité. Les journalistes choisissent souvent les points qui correspondent à un point de vue prédéterminé. Voici un exemple. On nous dit souvent que la disparité des revenus entre les Noirs et les Blancs aux États-Unis est une preuve positive de racisme. Mais si vous regardez les revenus des Noirs mariés et des Blancs mariés, cette disparité disparaît.

Cela devrait nous amener à rechercher les causes de la différence du nombre de mariages stables entre les Noirs et les Blancs. Ensuite, nous voyons les mêmes forces à l’œuvre parmi tous les groupes de personnes pour saper la famille. Il y a une guerre contre la famille dans le monde aujourd’hui. Cette guerre ne sera pas gagnée sur le champ de bataille de la politique. C’est une question de foi.

Publié dans Insolite | Marqué , , , , , | Laisser un commentaire

Québec : de l’ultramontanisme au nationalisme

Ultramontanisme, un mot inventé pour décrire l’Église catholique romaine en France qui enseignait que les gens devaient une plus grande loyauté à l’homme à l’autre côté des montagnes qu’à leur propre gouvernement. L’homme à l’autre côté des montagnes était le pape qui résidait de l’autre côté des Alpes à Rome.

La Révolution française, à partir de 1789, a sévèrement limité l’influence du pape en France. À cette époque, le Québec avait été séparé de la France depuis 30 ans, en raison de la conquête anglaise et l’ultramontanisme continuait d’être l’orientation de l’Église catholique romaine de Québec. Après la conquête, elle a pu se faire passer pour l’unique défenseur de la langue et de la culture canadiennes-françaises. Elle a été aidée en cela par un accord tacite avec des intérêts commerciaux canadiens-anglais qui a laissé les affaires financières entre les mains des Anglais, tandis que l’Église s’occupait des besoins éducatifs, sanitaires, religieux et sociaux de la population.

Après deux siècles, cela a brusquement pris fin avec l’élection de 1960 qui porta au pouvoir le Parti libéral du Québec, dirigé par Jean Lesage. En quelques années, le nouveau gouvernement a fait de l’éducation, des soins de santé et des services sociaux des responsabilités gouvernementales. Cette époque est connue comme la Révolution tranquille.

L’Église catholique romaine, privée de la plupart de ses pouvoirs de contrôler le peuple, a également perdu la majorité de son influence religieuse. La fréquentation des églises au Québec est maintenant la plus faible de tout province ou état nord-américains. Les églises qui avaient l’habitude de tenir trois ou quatre messes le dimanche matin ont maintenant une messe avec l’église à moitié pleine. De nombreuses églises ont fermé. Les églises évangéliques se sont développées rapidement, ainsi que des groupes avec des croyances bizarres et ésotériques.

Les Québécois sont toujours déterminés à conserver leur identité culturelle, qui comprend sans s’y limiter la langue française. Ils se considèrent comme une nation unique, c’est-à-dire un peuple partageant une langue, une histoire et une culture communes. Tous les Québécois ne sont pas d’ethnie française, beaucoup sont anglais, écossais, irlandais, allemands, hispaniques, italiens, etc. Tous les Québécois ne croient pas qu’en tant que nation, ils doivent être un pays séparé. Bien que certains politiciens continuent de promouvoir cette idée, la plupart des Québécois sont des nationalistes et non des séparatistes.

Un des effets du nationalisme québécois est que la pensée «woke,» qui est devenue la seule manière correcte de penser dans les établissements d’enseignement, les médias et la politique au Canada anglais n’a pas pu prendre tout à fait le même pied au Québec. L’ultramontanisme est mort, mais le respect des personnalités et des événements du passé est un élément essentiel du nationalisme.

Publié dans Insolite | Marqué , , , , , | 1 commentaire