Le talon d’Achille des Bibles de référence

book-631748_640

Une ancienne confession de foi vaudoise stipule que leurs prédicateurs étaient tenus, avant d’être ordonnés, de mémoriser les évangiles de Matthieu et de Jean, toutes les épîtres et une bonne partie des écrits de Salomon, de David et des prophètes. Bien sûr, cela était nécessaire à leur époque, avant l’invention de la presse à imprimer. En effet, une copie manuscrite des Écritures aurait été beaucoup trop encombrante pour emporter.

De nos jours, nous avons des Bibles de référence et des Bibles électroniques qui nous permettent de rechercher des versets pertinents sur tout sujet qui nous intéresse. Avec toutes ces informations sur la Parole de Dieu à portée de main, on pourrait penser que la connaissance et la compréhension de la Parole augmenteraient à un rythme exponentiel. Est-ce que cela s’est produit ?

Pas autant qu’on puisse voir. Ce qui manque à cette utilisation des outils de recherche, c’est que la connaissance et la compréhension de la Bible sont contextuelles et cumulatives. Si nous ne comprenons pas le contexte dans lequel un passage de l’Écriture a été écrit et comment il est relié à tout le reste de l’Écriture, nous sommes pratiquement illettrés dans l’Écriture.

Nous devons lire toute la Bible et la lire encore et encore. Ce faisant, nous commençons à voir la situation dans son ensemble. et nous constatons que la Bible s’interprète elle-même. Lorsque nous ne lisons que des bribes ici et là, nous lisons les Écritures hors du contexte tout le temps et nous avons alors besoin de quelqu’un pour nous dire comment tout cela s’emboîte. Beaucoup de gens sont tout à fait disposés à le faire, mais pouvons-nous nous fier à leurs interprétations ? Comment pouvons-nous même savoir s’ils sont dignes de confiance si nous ne connaissons pas vraiment la Bible nous-mêmes ?

La Bible ne doit pas être traitée comme une boîte noire de laquelle nous pouvons extraire un court passage de l’Écriture chaque matin pour nous inspirer pour ce jour-là. Nous manquons tellement si nous ne lisons pas un livre de la Bible du début à la fin, en lisant une partie chaque jour. C’est ainsi que nous comprendrons mieux ce que Dieu était en train de faire dans le monde à travers les années et ce qu’il attend de nous. Le plan du salut est implicite dans l’Ancien Testament, mais nous ne le voyons pas clairement avant de lire le Nouveau. Mais nous ne comprenons pas vraiment ce que dit le Nouveau Testament si nous ne lisons pas l’Ancien.

Toute la Bible est interdépendante et s’intègre de manière à révéler la main de Dieu à l’œuvre au cours des nombreux siècles nécessaires à l’achèvement du livre. C’est un puits d’eau spirituelle sans fond, mais nous devons le puiser pour nous-mêmes. Ne buvons pas dans les flaques d’eau stagnantes que quelqu’un d’autre a puisées et délaissées.

À propos de Bob Goodnough

Vivre aujourd'hui à la lumière de l'histoire et de l'éternité
Cette entrée, publiée dans Apologétique, est marquée , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet.

Je veux entendre ce que vous en pensez. S’il vous plaît laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.