Irénée et les Gaulois

Écris à l’ange de l’Église de Smyrne : Voici ce que dit le premier et le dernier; celui qui était mort, et qui est revenu à la vie : Je connais tes œuvres, ta tribulation et ta pauvreté (bien que tu es riche) et les calomnies de la part de ceux qui se disent Juifs et ne le sont pas, mais qui sont une synagogue de Satan. Ne crains pas ce que vous vous souffrirez : voici, le diable jettera quelques-uns de vous en prison, afin que vous soyez éprouvés, et vous aurez une tribulation de dix jours. Sois fidèle jusqu’à la mort, et je te donne la couronne de vie. Que celui qui a des oreilles entend ce que l’Esprit dit aux Églises; Celui qui vaincra n’aura pas à souffrir la seconde mort. (Apocalypse 2. 8-11)

Il est tout à fait possible que l’ange (messager) adressé dans ces versets fût Polycarpe, un disciple de l’apôtre Jean. Polycarpe avait 86 ans lorsqu’il mourut martyr à Smyrne en l’an 156. Irénée, né à Smyrne entre 120 et 140, était disciple de Polycarpe qui se rendit à Lyon en 175. Il y devint l’ancien de l’Église en 177, après le martyre de Pothin. Pothin était également né à Smyrne et avait été un disciple de Polycarpe.

Nous sommes au début de l’histoire de l’Église. Lyon était la ville principale des Gaulois, un peuple celtique qui peuplait le sud de la France et des régions au-delà. Certains Gaulois avaient émigré jusqu’en Asie Mineure (aujourd’hui la Turquie) où ils étaient connus sous le nom de Galates. On ne sait pas exactement quand le christianisme a atteint Lyon, mais cela aurait bien pu être grâce à leurs liens avec la Galatie.

Irénée a été appelé l’apôtre des Gaulois, il envoyait des évangélistes qui ont établi de nombreuses églises dans toute la Gaule. En grec, le nom d’Irénée signifie artisan de la paix, et tel était son caractère. Lors de sa nomination comme ancien, il a été confronté au problème des montanistes, un mouvement charismatique dans l’Église primitive, et a pu les réconcilier avec le reste de l’église. Lorsque l’évêque de Rome menaça de rompre la communion avec les églises orientales à cause d’une différence au sujet de la date de célébrer le Pâques, Iréenée put le convaincre qu’une différence de sept jours n’était pas un motif suffisant pour diviser l’église.

L’écrit le plus bien connu d’Irénée était un traité contre les gnostiques, ceux qui prétendaient avoir une connaissance secrète inconnue des autres chrétiens. Dans le cadre de cette écriture, Irénée a écrit de manière convaincante qu’il y avait quatre évangiles, et seulement quatre. Il connaissait d’autres écrits et les déclara faux.

La documentation historique nous manque pour établir une lignée directe de vrais enseignants de l’Évangile depuis les jours d’Irénée jusqu’à l’époque des Albigeois dix siècles plus tard, mais la foi était la même.

À propos de Bob Goodnough

Vivre aujourd'hui à la lumière de l'histoire et de l'éternité
Cette entrée, publiée dans Église primitive, est marquée , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet.

Une réponse à Irénée et les Gaulois

  1. Joel dit :

    Pour la foi des Albigeois on peut consulter le site Catharisme aujourd’hui de Éric Delmas ….

    J’aime

Je veux entendre ce que vous en pensez. S’il vous plaît laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.