Leur citoyenneté est au ciel

Les paroles suivantes sont le cinquième chapitre de l’Épître au Diognète, écrit vers l’an 150 après J.-C

5.1 Car les chrétiens ne sont pas distingués du reste de l’humanité, soit dans la localité ou dans le langage ou dans les coutumes.

5.2 Car ils n’habitent pas quelque part dans leurs propres villes, ils n’utilisent pas non plus une langue différente, ni ne pratiquent une vie extraordinaire.

5.3 Ils ne possèdent pas non plus une invention découverte par une intelligence ou une étude d’hommes ingénieux, et ils ne maîtrisent aucun dogme humain, comme certains le sont.

5.4 Pendant qu’ils habitent dans les villes des Grecs et des Barbares, selon le sort de chacun, et suivent les coutumes indigènes en ce qui concerne les vêtements, la nourriture et les autres arrangements de la vie, la constitution de leur propre citoyenneté, qu’ils exposent, est merveilleux et en contradiction avec les attentes.

5.5 Ils habitent dans leur propre pays, mais seulement en séjour. ils supportent leur part en toutes choses en tant que citoyens et ils endurent toutes les difficultés en tant qu’étrangers. Chaque pays étranger est une patrie pour eux et chaque patrie est étrangère.

5.6 Ils se marient comme tous les hommes et engendrent des enfants, mais ils ne rejettent pas leur progéniture.

5.7 Ils partagent leurs repas, mais non pas leurs femmes.

5.8 Ils se retrouvent dans la chair, et pourtant ils ne vivent pas selon la chair.

5.9 Leur existence est sur terre, mais leur citoyenneté est au ciel.

5.10 Ils obéissent aux lois établies et ils surpassent les lois dans leurs propres vies.

5.11 Ils aiment tous les hommes et ils sont persécutés par tous.

5.12 Ils sont ignorés et pourtant ils sont condamnés. Ils sont mis à mort, et pourtant ils sont dotés de vie.

5.13 Ils sont en mendicité et pourtant ils font beaucoup de riches. Ils manquent de tout et pourtant ils abondent en toutes choses.

5.14 Ils sont déshonorés, et pourtant ils sont glorifiés dans leur déshonneur. Ils sont mal parlé, et pourtant ils sont justifiés.

5.15 Ils sont injuriés et ils bénissent. Ils sont insultés et ils respectent.

5.16 En faisant du bien, ils sont punis comme des méchants ; étant punis, ils se réjouissent, comme s’ils étaient de ce fait vivifiés.

5.17 La guerre est menée contre eux en tant qu’étrangers par les Juifs, et la persécution est menée contre eux par les Grecs, et pourtant ceux qui les détestent ne peuvent dire la raison de leur hostilité.

À propos de Bob Goodnough

Vivre aujourd'hui à la lumière de l'histoire et de l'éternité
Cette entrée, publiée dans Église primitive, est marquée , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet.

Je veux entendre ce que vous en pensez. S’il vous plaît laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.