Les pauvres, visibles et invisibles

Je crois qu’en Amérique du Nord, nous avons un problème dans la façon dont nous voyons les pauvres. Nous sommes profondément conscients des pauvres en Afrique et en Asie et croyons que c’est à nous de faire quelque chose pour soulager leur pauvreté. Nous ignorons l’existence de la pauvreté dans nos propres pays, car nos pays sont riches et il n’y a aucune excuse pour que quiconque soit pauvre.

L’orgueil n’est-il pas la motivation principale dans les deux cas? Nous nous croyons meilleurs que ceux qui sont pauvres; comme si c’était notre sagesse supérieure qui nous faisait naître dans des pays prospères et des foyers stables.

Nous envoyons d’énormes quantités de vêtements d’occasion, de moustiquaires et d’autres cadeaux en Afrique et nous nous tapotons le dos pour notre gentillesse. Ce n’est pas de la gentillesse — ce sont des cadeaux empoisonnés qui enlèvent des emplois à ceux en Afrique qui seraient pleinement capables de fabriquer ces choses.

Il y a quelques années, il y avait un surplus de riz aux États-Unis. Le gouvernement a décidé qu’il pourrait aider les agriculteurs américains et les pauvres d’Haïti en faisant don du riz à Haïti. Cela a aidé les agriculteurs américains, mais avant l’arrivée du riz gratuit, il y avait des agriculteurs haïtiens qui cultivaient du riz et des usines pour transformer le riz. Ces gens ont tous perdu leurs moyens de subsistance.

Notre générosité supposée est un signe de mépris pour les gens de ces pays; nous leur disons que vous êtes des gens inférieurs, incapables de subvenir à vos propres besoins. Est-ce que cela semble dur? N’essayons-nous pas d’aider? Nous pouvons penser que nous aidons, mais nous devons prendre du recul et regarder l’écart entre nos intentions supposées nobles et les dommages que nos dons causent. Il y a des gens en Afrique qui nous disent : « Pour l’amour de Dieu, arrêtez de nous aider! » Nous devons les écouter.

Le mépris est un mot dur, mais n’est-ce pas vraiment ce qui se cache derrière notre réflexion sur les pauvres en Amérique du Nord? Ont-ils vraiment eu les mêmes occasions que ceux qui sont les plus prospères? Le même respect, les mêmes opportunités d’éducation et d’emploi?

Il existe de nombreux facteurs qui ne peuvent être simplement écartés. Il y a les effets persistants de l’esclavage aux États-Unis, les émeutes des blancs pendant l’été rouge de 1919 lorsque des foules blanches dans deux douzaines de villes américaines se sont déchaînées dans les quartiers noirs, se livrant au vandalisme et pillant des entreprises et des maisons appartenant à des Noirs, l’émeute de Détroit de 1943 lorsque plusieurs Noirs se sont vu offrir des emplois de supervision dans l’usine de Packard et de nombreux autres événements. Mon père et ses frères ont grandi aux États-Unis. Tout ce qu’ils ont dit sur les Noirs indiquait que dans leur esprit l’infériorité des Noirs était un fait incontestable.

Au Canada, les pensionnats pour les autochtones, font avec des intentions prétendument bienveillantes, ont miné les structures familiales de ces personnes. Cela m’amène à la principale cause de pauvreté en Amérique du Nord — le manque de pères. La plupart des jeunes qui ont des ennuis, la plupart des membres de gangs de rue, la plupart des petits criminels, la plupart des prostituées, la plupart des pauvres, n’ont pas eu de père qui les aimait et s’occupait d’eux, ce qui leur donnait un sentiment de sécurité à la maison.

Il y a 25 ans, nous connaissons une amie à Montréal qui a grandi à Beyrouth pendant la guerre civile libanaise qui a duré de 1975 à 1992. Presque tous les bâtiments de Beyrouth ont montré quelques dégâts des bombes et des tirs. Son père, un officier militaire à la retraite, a dit à ses fils que s’ils s’enrôlaient dans l’armée, il ne les laisserait pas rentrer dans la maison. Il ne voulait pas amener la tourmente dehors chez lui. Ses fils ont obéi aux souhaits de leur père. Notre amie nous a dit, quelles que soient les troubles en dehors dans la ville, elle se sentait toujours en sécurité à la maison.

Si tous les hommes pouvaient assurer à leur famille ce niveau de sécurité, cela contribuerait grandement à éliminer les troubles et les dysfonctionnements de notre époque, y compris la pauvreté. Si vous avez grandi avec un père comme ça, remerciez Dieu pour lui. Et ne méprisez pas ceux qui vivent dans la pauvreté parce qu’ils n’ont pas eu la même chance.

À propos de Bob Goodnough

Vivre aujourd'hui à la lumière de l'histoire et de l'éternité
Cette entrée, publiée dans Insolite, est marquée , , , , , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet.

3 réponses à Les pauvres, visibles et invisibles

  1. Wesley Penner dit :

    Merci. J’ai voulu écrire à ce sujet depuis longtemps. En tant que quelqu’un qui a vu un peu le côté africain, je te dit que tout cela est vrai.

    J’aime

  2. Ping : Les pauvres, visibles et invisibles – Caché en Christ

Je veux entendre ce que vous en pensez. S’il vous plaît laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.