Plus d’un point de vue dans l’histoire

sphinx-1175822_640

Image par Nadine Doerlé de Pixabay

Ma salle de classe de 11e et  2e année avait une bibliothèque à deux étagères. J’ai lu tous les livres de cette bibliothèque, en classe, pendant ces deux années. Un livre étai’t l’histoire d’une époque que nous avions récemment étudiée en classe, mais qui donnait une version différente de celui dans ue notre manuel. C’était alors qu’ j’ai compris que l’histoire dépendait du point de vue de celui qui l’écrivait. Les personnes et les événements peuvent être les mêmes, mais les causes et les résultats sont assez différents. Sans parler de l’identité des héros et des méchants.

J’ai aussi lu des romans historiques, dans lesquels les protagonistes anglais étaient nobles, honnêtes, gentils et tout à fait merveilleux. D’autres personnes, surtout si elles étaient Françaises, étaient dépeintes comme des mécréants sournois, malhonnêtes et cruels. Plus tard dans la vie, j’ai appris à lire le français et j’ai découvert que les romans  historiques en français étaient exactement la même qu’en anglais. Sauf que maintenant les Français étaient les héros nobles, honnêtes, gentils et merveilleux et les Anglais étaient des méchants à double jeu, arrogants, malhonnêtes et impitoyables. Sans doute les écrivains anglais et français croyaient-ils avoir les faits de leur côté. Certes, les Français estimaient avoir de bonnes et suffisantes raisons de désigner l’Angleterre comme la perfide Albion.

Je me souviens d’une conférence fédérale-provinciale canadienne d’il y a près de 50 ans, une réunion des chefs de gouvernement des provinces et du gouvernement national. Peu avant le début de la réunion, un journaliste anglophone a eu un aperçu d’une liste apportée par la délégation du Québec. Il n’a pas pu lire la liste en français, mais a vu que le titre était Demandes. Il croyait avoir découvert un gros scandal et bientôt ce fut sur la une des journaux partout au Canada anglais que le Québec était venu à la conférence avec une liste d’exigences. Quelques têtes plus calmes ont fait remarquer qu’en français, demande veut dire question, mais le mal était fait.

L’histoire n’est pas seulement faite par des personnes bien intentionnées qui défendent ce qu’elles croient être de nobles principes. La stupidité joue également un rôle. La propagande aussi. Pendant les cinq premières années du régime nazi en Allemagne, ils ont mené une campagne de propagande omniprésente à travers les livres, les films et tous les médias pour dépeindre les Juifs comme la cause de tout ce qui avait mal tourné en Allemagne. Au moment où Hitler a lancé sa solution finale, une grande partie de la population allemande croyait que les Juifs l’avaient amenée sur eux-mêmes.

Un frère passait plusieurs semaines à l’hôpital. L’homme dans le lit à côté de lui se plaignait constamment des fautes de sa femme. Notre frère lui a dit : «Vous savez, Georges, il y a trois points de vue dans votre histoire. Il y a votre point de vue, il y a le point de vue de votre femme, et puis il y a le point de vue de Dieu ».

Comment discerner quel est le point de vue de Dieu dans l’histoire actuelle? La première étape est de mettre de côté toute pensée selon laquelle Dieu a une nation préférée dans le monde aujo’rd’hui. Le temps d’un royaume terrestre de Dieu a pris fin il y a 2 00 ans. Le seul royaume qui intéresse Dieu aujo’rd’hui est son royaume spirituel. Alors que nous considérons les événements politiques d’aujo’rd’hui, dans notre propre pays ou sur la scène internationale, notre question ne devrait pas être de savoir quel parti ou quel pays Dieu favorise, mais comment ces événements affectent le royaume spirituel.

Tout d’abord, il faut reconnaître que notre bien-être physique et financier n’est pas une condition préalable au bien-être du royaume spirituel de Dieu.

shutterstock_129126896

À propos de Bob Goodnough

Vivre aujourd'hui à la lumière de l'histoire et de l'éternité
Cette entrée, publiée dans Apologétique, est marquée , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet.

Une réponse à Plus d’un point de vue dans l’histoire

  1. Wesley Penner dit :

    Oui, et si tu lis l’histoire Allemagne, je suis sûr que les allemands avaient une bonne raison pour haïr les juifs.

    J’aime

Je veux entendre ce que vous en pensez. S’il vous plaît laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.