Intervention divine

Daniel était dans un dilemme. Il était captif dans un pays étranger, mais on lui offrait maintenant une formation qui le préparerait à une carrière lucrative. Le seul problème était que l’un des avantages de ce programme de formation était qu’il recevrait la même nourriture que le roi. La nourriture elle-même n’était pas ce qui troublait Daniel. Ce serait une nourriture saine et nutritive ; mais c’était de la nourriture qui avait été offerte en sacrifice au dieu du roi. Daniel savait qu’il était en captivité parce que le peuple de Dieu s’était compromis pendant des années avec les dieux des peuples païens qui les entouraient.

Daniel se proposa donc dans son cœur de ne pas se souiller. Quelle décision capitale pour un jeune homme ! Il savait que sa décision risquait d’être exclue de la grande opportunité qui s’offrait à lui, qu’elle pourrait même avoir des conséquences fatales. Mais c’était sa décision et il s’y est tenu.

Dieu a béni la décision de Daniel. Cela lui a donné un homme à Babylone qui lui était entièrement dévoué et il utiliserait Daniel pour inciter le roi de Babylone à protéger le peuple de Dieu. Nous savons comment les choses se sont passées à partir de là. Le roi avait des rêves, Daniel les interpréta. Le roi a promu Daniel et ses trois amis aux plus hautes fonctions administratives de Babylone.

Les trois amis de Daniel ont été jetés dans un four surchauffé et en sont sortis sans même l’odeur de fumée. Le roi décréta alors une punition sévère pour quiconque dirait quoi que ce soit contre le Dieu des trois amis de Daniel.

Le roi a perdu la raison et a été mis au pâturage avec les animaux. J’imagine que tout le temps qu’il était avec les bêtes, il n’arrêtait pas de se dire : «Je suis le grand roi Nabuchodonosor, je peux simplement me lever et retourner dans le palais à tout moment et continuer comme avant.» Mais il ne pouvait pas. Ce n’est qu’après avoir admis que le Dieu du ciel était plus grand qu’il ne l’était, que sa raison lui revint. Maintenant, Nabuchodonosor a pleinement reconnu et soumis au Dieu du ciel comme suprême.

Le fils de Nabuchodonosor n’a rien appris de l’expérience de son père. Lorsqu’il devint roi, il organisa une grande fête et demanda que les vases du temple de Dieu soient sortis et utilisés pour boire du vin lors de sa fête. Puis il vit l’écriture sur le mur. Personne ne savait ce que cela signifiait, finalement sa mère est venue et lui a dit d’appeler Daniel. Daniel lui a dit que l’écriture disait qu’il avait été pesé et jugé insuffisant et que le royaume lui serait enlevé.

Babylone a été renversée cette même nuit par les Mèdes et les Perses. Daniel a continué en tant que conseiller de confiance du roi de Perse. Il y avait d’autres personnes dans le royaume perse qui risquaient leur vie pour être fidèles à Dieu, comme Esther, Mardochée et Néhémie. Il ressort de l’histoire que tant qu’il y avait des gens qui refusaient de se souiller avec le paganisme, Dieu intervenait directement dans les affaires des grands royaumes païens pour protéger son peuple.

À quel moment sommes-nous en Amérique du Nord ? Dieu est-il sur le point de révéler l’écriture sur le mur pour le Canada et les États-Unis ? Ou est-ce que l’écriture sur le mur sera pour nous en tant que chrétiens dans ces pays ? Dieu est-il sur le point de nous peser dans la balance et de déclarer que nous avons failli ?

Dieu est intervenu dans l’histoire de nos deux pays pour assurer notre liberté religieuse. Pourtant, il me semble que nous avons été enclins à honorer les hommes pour ce que Dieu a fait, même au point d’appeler nos nations des nations chrétiennes. Ils ne le sont pas et ne l’ont jamais été. Étiqueter une nation de ce monde comme chrétienne et considérer les hommes et les lieux et événements historiques presque comme des saints, des écrits sacrés et des lieux saints est-il bien différent de se souiller avec de la nourriture sacrifiée aux idoles ?

Dieu est intervenu directement pour assurer la liberté de conscience dans nos deux pays. Les délégués au Congrès continental de 1774 ont débattu de quelle église devrait être l’église officielle de l’État de la nouvelle nation, car presque tous les délégués ont convenu qu’une telle chose était nécessaire. Les États de la Nouvelle-Angleterre étaient congrégationalistes et n’autorisaient aucune autre église. Les États du sud n’autorisaient que l’Église d’Angleterre. Le Maryland était catholique romain. Seuls le Rhode Island et la Pennsylvanie n’avaient pas d’église officielle. En raison de ces divisions, les délégués n’ont pas pu se mettre d’accord et ont finalement abandonné l’idée d’avoir une église d’État pour la nouvelle république.

Ce n’était pas l’œuvre de grands hommes avec une vraie vision de la liberté de conscience. Cela ressemble plus à une intervention directe de Dieu pour préparer la voie à l’établissement de son église en Amérique du Nord.

De même au Canada, tant que le Haut-Canada et le Bas-Canada (Ontario et Québec) étaient des colonies distinctes, l’Église d’Angleterre était l’église d’État dans l’une et l’Église catholique romaine dans l’autre. Mais lorsqu’ils furent unis sous un seul gouvernement en 1841, il n’était plus possible d’avoir une église d’État pour tout le pays et comme le pays s’étendait vers l’est et vers l’ouest, il n’était pas possible de rendre une église officielle.

Lorsque les mennonites se sont installés pour la première fois dans le Haut-Canada vers 1800, ils étaient tolérés, mais ils ne pouvaient pas organiser de services matrimoniaux légaux. L’Ordre Orange était très puissant en Ontario et farouchement opposé à tout groupe qui n’était ni blanc, ni anglo-saxon, ni protestant. L’Église catholique romaine du Québec était tout aussi intolérante. Je considère qu’il s’agit d’une intervention divine que le Canada ait été réuni de telle manière qu’aucun des deux camps ne puisse dominer le pays, permettant ainsi la liberté de conscience au peuple de Dieu.

De nouveaux systèmes de croyances sont apparus et sont devenus prédominants dans les deux pays, propagés par les cathédrales de l’éducation (les universités) et l’ensemble du système éducatif. Nous arrivons maintenant à un point où la liberté de conscience est considérée comme une chose dangereuse, presque trahison.

La liberté dont nous avons joui ne nous a pas été accordée par de grands et nobles politiciens, mais par l’œuvre directe de Dieu. La solution à notre situation actuelle ne viendra pas de sources politiques. Nous devons rechercher la miséricorde et le but de Dieu dans nos cœurs pour ne pas nous souiller avec des idées, des croyances et des programmes qui viennent d’autres sources.

À propos de Bob Goodnough

Vivre aujourd'hui à la lumière de l'histoire et de l'éternité
Cette entrée, publiée dans Apologétique, est marquée , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet.

Je veux entendre ce que vous en pensez. S’il vous plaît laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.