La noble leçon, encore

[Voici quelques lignes de plus de cette longue poème des anciens Vaudois.]

C’était une noble loi que Dieu nous a donnée,
Et écrit dans le cœur de chaque homme,
Pour y lire et garder et enseigner la droiture,
D’aimer Dieu plus que toute créature,
Lui adorer et servir sans réserve,
Car nul n’est trouvé dans les Saintes Écritures.
Et garder ferme le lien de mariage, ce noble covenant.
Et avoir la paix avec les frères, et aimer tous les autres gens,
Haïr l’orgueil et aimer l’humilité,
Et faire aux autres comme il veuille qu’ils fassent à lui,
Et s’ils feront le contraire qu’ils soient punis.

Ils étaient peu qui gardaient bien cette loi,
Mais beaucoup qui l’avaient trépassé,
Qui ont abandonné le Seigneur, non lui donnant honneur,
Mais ont cru le diable et ses tentations,
En aimant trop le monde et trop peu le paradis,
Servant le corps plus que l’esprit,
C’est pourquoi nous trouvons que plusieurs ont péri.
Ici tout homme peut être repris de la foi,
Que Dieu n’a pas fait les gens pour les laisser périr,
Mais que chacun prenne garde que ce n’arrive pas à lui comme à eux.

Car le déluge vient pour détruire les infidèles,
Mais Dieu fait faire une arche en laquelle il a enclos les bons.
Tant le mal a accru et le bon a diminué,
Que dans tout le monde il n’a trouvé que huit personnes,
Exemple par lequel nous puissions être instruits,
Pour nous garder du mal et que chacun doit se repentir
Car Jésus-Christ l’a dit et c’est écrit en Saint Luc
Que tous ceux que ne font pas ainsi périront.

Mais à ceux qui ont échappé Dieu a fait une promesse,
Que jamais encore le monde ne périra par l’eau
Ce qu’ils ont cru et ils étaient multipliés.
Le bien que Dieu les ont faits ils ont vite oublié,
Ayant trop peu de foi et tant de peur,
Qu’ils n’ont bien cru ce qui avait dit le Seigneur,
Mais tenant que l’eau troublera encore le monde,
Ils désirent faire un tour pour y échapper de l’eau.

Et ils l’ont commencé, comme il est écrit
Voulant le faire aussi large, haut et grand,
Pour atteindre au ciel, mais ils n’ont pu le faire,
Cela déplaît à Dieu, ce qu’il a démontré.
Cette grande ville avait le nom de Babylone,
Et c’est maintenant appelé Confusion à cause de sa ruine.
À ce temps il y avait une langue dans toute la terre,
Mais pour qu’ils ne s’entendent pas Dieu les a départis,
Qu’ils ne finissent pas ce qu’ils ont commencé,
Il a fait que les langages dispersent dans tout le monde.

À propos de Bob Goodnough

Vivre aujourd'hui à la lumière de l'histoire et de l'éternité
Cette entrée, publiée dans Les anciens vaudois, est marquée , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet.

Je veux entendre ce que vous en pensez. S’il vous plaît laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.