Le pouvoir des petites choses

Ma mère avait 10 ans lorsque sa famille a déménagé du sud-est du Manitoba au sud-ouest de la Saskatchewan. Chaque fois qu’elle parlait de cette décision, elle disait : «Ce qui m’a manqué, c’est de voir les arbres et les Indiens ».

Ce n’est que lorsque j’ai atteint l’âge adulte que j’ai posé la question évidente : «Maman, je comprends la partie au sujet des arbres, mais qu’est-ce que c’est au sujet des Indiens? »

« Eh bien, chaque fois que les Indiens voyageaient dans notre région, ils s’arrêtaient chez nous pour se reposer et boire de l’eau. »

Mon grand-père était membre de l’Église Mennonite Sommerfelder, pas très prospère, et père de 14 enfants, dont ma mère était la sixième. Il était aveugle, apparemment à plus d’un titre.

Avant de se marier, il avait travaillé à Letellier, au Manitoba. Un de ses collègues était un homme noir qui avait fait son chemin vers le Canada depuis le sud des États-Unis. Mon grand-père a appris de lui quelques-uns  des anciens spirituels et les a ensuite enseignés à ses enfants. Ma mère en chantait certains.

Mon grand-père a appris l’anglais en travaillant là-bas et a dit plus tard qu’il souhaitait qu’il eût aussi appris le français, car des francophones y vivaient. Chaque fois que ma mère parlait du souhait de son père d’avoir appris le français, elle ajoutait : « Et s’il l’avait fait, je l’aurais fait aussi! ».

J’ai entendu ces petites choses quand ma mère a parlé de ses premières années. Ils ont fait une impression durable et je pense que cela m’a permis de voir les autres comme n’étant pas très différent de moi.

À la fin de son adolescence, ma mère a mémorisé le catéchisme allemand et l’évêque l’a baptisée. Je pense que les enseignements de ce catéchisme ont trouvé une place plus profonde que dans sa tête. La famille parlait le plautdietsch (bas allemand) à la maison et parfois l’anglais. L’église était entièrement allemande – lecture de la Bible, hymnes, prédications, prières. Ma mère a été la dernière des enfants à apprendre l’allemand. Lorsqu’elle est devenue adulte, elle s’est rendu compte que dans son église la langue était plus importante que les enseignements du catéchisme; elle n’avait rien à offrir à ses huit frères et sœurs plus jeunes qui ne connaissaient pas l’allemand.

Elle a quitté cette église et n’en a exprimé aucune nostalgie. Sa mère, ma grand-mère, semblait croire que j’avais besoin d’apprendre l’allemand pour être chrétien. Elle m’a envoyé un catéchisme et un abécédaire allemand. J’étais curieux et j’ai fait un début dans l’abécédaire. Maman m’aidait chaque fois que je le demandais, mais ne m’a jamais incité à continuer à essayer d’apprendre l’allemand. Elle avait un grand dictionnaire anglais qu’elle avait étudié pendant des années; elle avait appris à parler l’anglais sans accent et avait un vocabulaire plus large que beaucoup dont la langue maternelle était l’anglais.

Lorsque Chris et moi avons commencé à fréquenter l’Église de Dieu en Christ, mennonite, certains membres ont montré leur enthousiasme lorsqu’ils ont découvert que la langue maternelle de maman était le plautdietsch. Elle était polie et amicale, mais ne partageait pas leur enthousiasme. Je me suis demandé si elle n’avait pas une petite peur que j’entre dans le genre de chose qu’elle avait laissé.

Je suis le fils de ma mère. Elle n’a dit rien de négatif à propos de personne, mais l’impression qu’elle a laissée était que Plautdietsch et l’allemand n’avaient rien à voir avec le fait d’être chrétien et n’étaient pas quelque chose que je devais poursuivre.

Mon père était des États-Unis, sa mère était franco-américaine et cela l’embarrassait quand elle parlait français à leurs voisins ici en Saskatchewan. J’ai reçu beaucoup plus d’encouragements de ma mère pour apprendre le français que de mon père.

C’est mon histoire personnelle. Je pourrais en dire plus sur mon père, mais je ne pense pas que ce soit nécessaire. Je dirai simplement que les remarques positives de ma mère au sujet des autres gens ont eu plus d’influence sur moi que les remarques négatives de mon père.

Y a-t-il des choses négatives que les chrétiens disent aujourd’hui qui peuvent avoir un effet néfaste sur l’attitude de leurs enfants envers les autres?

Comment voyons-nous nous-mêmes?

Nous ne pouvons pas changer notre identité ethnique ou la famille dans laquelle nous sommes nés. Mais si nous pensons que notre famille, ou notre ethnie ont une qualité innée qui nous rendent plus aptes à devenir chrétien, ou meilleurs chrétiens que les autres, nous contredisons tout le message du Nouveau Testament. Tout soupçon d’orgueil ou d’exclusivité mine notre témoignage évangélique.

Comment voyons-nous les autres?

Parfois, j’entends des chrétiens dire que les gens autour de nous ne sont pas intéressés par l’évangile. Cela donne à nos jeunes l’impression qu’il est inutile d’essayer de partager l’Évangile dans nos alentours.

Comment parle-t-on des personnes d’une couleur de peau différente, ou ceux qui parlent avec un accent? Utiliser les mots impolis ou irrespectueux pour les gens non blanc fait qu’il est difficile de voir en eux le potentiel à devenir des frères et sœurs chrétiens. Plaignons-nous des immigrants dans nos communautés? Cela nous enthousiasme d’envoyer des missionnaires dans les pays d’où ils viennent, mais quand ils arrivent ici, nous les voyons d’un œil différent.

Il n’y a pas de programme 8 étapes pour résoudre le problème que je décris. C’est une question de cœur. De petits changements dans nos attitudes envers les gens environnants, de petits changements dans notre discours, pourraient s’ajouter à un grand changement dans la façon dont les autres nous voient.

À propos de Bob Goodnough

Vivre aujourd'hui à la lumière de l'histoire et de l'éternité
Cette entrée, publiée dans Apologétique, est marquée , , , , , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet.

Une réponse à Le pouvoir des petites choses

  1. ericbasillais dit :

    Jésus n’a rien dit là-dessus : mais il a dit enseignez toutes les nations. Cela implique qu’il existe des nations étrangères et qu’il faut partager le message spirituel du Maître. Mais faut-il détruire les nations par un programme de melting pot et de métissage ethnique, linguistique et culturel, comme cela est la norme américaine et, comme cela est imposé en Europe, ma réponse est Non. D’autant que le Christianisme n’est jamais mis en honneur par les commanditaires : bien au contraire, ils utilisent les différences ethniques et religieuses, pour agresser les ethnies d’une part et déchristianiser d’autre part : par exemple, en France, il devient difficile de parler de Noël : on nous somme de dire fin d’année. Idem pour les crèches : verbotten ! Donc je pense qu’il faut avoir de la perspicacité et ne pas se laisser manipuler au nom d’idéaux que nos ennemis ( antichrétiens) ne connaissent que pour pouvoir mieux nous étouffer sous un déluge de religions , fausses, intolérantes et violentes, surtout avec le Christianisme.
    Enfin, il existe plusieurs christianismes, disons 2 : et je suis toujours étonné qu’une grande ( grande spirituellement) église chrétienne comme les Mennonites n’interprètent pas la Transfiguration du Tabor comme l’annonce de la caducité de l’Ancien Testament après la Résurrection. Le Père lui-même ne déclare-t-il pas à Pierre que NON, on ne doit pas suivre Moïse et Elie, mais uniquement Jésus (instruction divine secrète, gardée jusqu’à la résurrection.

    Joyeux et Saint Noël !

    Jesus did not say anything about it, but he said : teach all nations. This implies there are foreign nations and that we must share the Teacher’s spiritual message. But must nations be destroyed by a program of melting pot and ethnic, linguistic and cultural mingling, as is the American standard and, as it is imposed in Europe, my answer is No. Especially since Christianity is never put in honor by those sponsors : on the contrary, they use ethnic and religious differences, to attack ethnic groups on the one hand, and to dechristianize on the other hand : for example, in France, it becomes difficult to talk about Christmas : we are told to say  »’end of year »’. Also for cribs : verbotten !
    So I think we need to have an insight and not be manipulated in the name of ideals that our enemies (antichristians) learn, only, to better stifle us under a flood of false, intolerant and violent religions, especially against Christianity.

    Finally, there are several Christianities, say 2 : and I am always amazed that a great ( spiritually great) Christian church like the Mennonites, do not interpret the Transfiguration of the Tabor, as the announcement of the Old Testament’s lapse after the Resurrection. Does not the Father himself declare to Peter that NO, we should not follow Moses and Elijah anymore, but only Jesus (secret divine instruction, kept until the resurrection) ?

    Happy Holy Chrismas !

    J’aime

Je veux entendre ce que vous en pensez. S’il vous plaît laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.