La gloire de Dieu

Dieu a démontré sa présence auprès des enfants d’Israël pendant l’Exode par une colonne de nuée le jour et de feu la nuit. Il y avait des manifestations extraordinaires de la gloire du Seigneur, comme lorsqu’elle est descendue sur le mont Sinaï et que la voix de Dieu a parlé hors de la nuée, appelant Moïse à monter sur la montagne. Un autre a été lorsque l’autorité de Moïse a été remise en question. Lorsque la tente a été consacré, la colonne de nuée qui y est descendue est restée au-dessus du propitiatoire du tabernacle à partir de ce moment.

Plusieurs années plus tard, lorsque Salomon a consacré le temple, la gloire du Seigneur est descendue sur lui et la nuée a rempli le temple. La nuée, ou Shekinah, un terme hébreu que l’on ne trouve pas dans la Bible, mais qui est utilisé par les rabbins pour décrire la nuée, est resté au-dessus du temple jusqu’à ce qu’il soit détruit par Nebucadnetsar. Ézéchiel avait des visions de la gloire du Seigneur pendant la captivité babylonienne.

Selon le Talmud de Babylone, cinq choses qui avaient été dans le Temple de Salomon étaient absentes dans le deuxième temple construit après le retour de la captivité. Ils étaient, l’Arche de l’Alliance avec le propitiatoire, le feu sacré envoyé de Dieu, la Shekinah, le Saint-Esprit, et l’urim et le thummim.

Ainsi, il semble y avoir eu une absence totale de preuve de la présence de Dieu depuis la reconstruction du temple jusqu’à la naissance de Jésus. Le canon de l’Ancien Testament a été réglé à l’époque d’Esdras et pendant quatre cents ans, il n’y avait pas eu de prophète.

Quelle était alors la valeur de l’adoration dans le deuxième temple? Au moins, le peuple avait abandonné ses anciennes tendances à adorer les idoles des nations environnantes. Il semble cependant que, surtout après l’époque de Jésus, le culte au temple était lui-même devenu une forme d’idolâtrie. Le système d’adoration à la synagogue qui s’est développé pendant la captivité est devenu une forme d’adoration accessible à tous, où la Parole de Dieu était lue et enseignée.

Il ne semble pas que la gloire du Seigneur, la Shekinah, ait été encore vue jusqu’à la naissance de Jésus. Le deuxième chapitre de Luc parle des bergers sur la colline pendant cette nuit, puis le verset dit : « Et voici, un ange du Seigneur leur apparut, et la gloire du Seigneur resplendit autour d’eux. Ils furent saisis d’une grande frayeur. » Sans doute, les anges étaient glorieux en apparence, mais les mots « la gloire du Seigneur » se réfèrent à une gloire beaucoup plus grande que celle des anges.

Cela pourrait-il également expliquer l’étoile vue par les mages? Ils avaient la prophétie de Daniel pour leur dire quand le Messie apparaîtrait, et la prophétie de Balaam (Nombres 24.17) pour leur dire que cela serait marqué par l’apparition d’une étoile. Je pense que nous sommes sur la mauvaise voie lorsque nous essayons d’expliquer l’étoile par une comète ou une conjonction de planètes. C’était un signe qui n’était vu que par ceux qui savaient le chercher, les mages. Il n’y a aucune explication naturelle pour une étoile, ou signe céleste, qui est apparu une fois en Orient comme un signal aux mages pour commencer leur voyage, puis est apparu à nouveau pour les conduire de Jérusalem à Bethléem, puis vers une maison précis à Bethléem.

L’époque du Nouveau Testament a été introduite par le premier prophète en 400 ans, Jean-Baptiste, puis par le retour de la gloire de Shekinah de Dieu.

La manifestation du Saint-Esprit le jour de la Pentecôte pourrait également être considérée comme une apparition de la Shekinah, ou la gloire du Seigneur : « Tout à coup il vint du ciel un bruit comme celui d’un vent impétueux, et il remplit toute la maison où ils étaient assis. Des langues, semblables à des langues de feu, leur apparurent, séparées les uns des autres, et se posèrent sur chacun d’eux. Et ils furent tous remplis du Saint-Esprit » (Actes 2.2-4).

Depuis lors, la gloire du Seigneur a été avec le peuple de la nouvelle alliance de Dieu, l’Église. La gloire de Dieu n’est pas démontrée aujourd’hui par une colonne de nuée e et de feu, mais par la puissance qui change la vie du Saint-Esprit : amour, joie, paix, patience, bonté, bénignité, fidélité, douceur et tempérance.

© Bob Goodnough, le 14 décembre, 2019

À propos de Bob Goodnough

Vivre aujourd'hui à la lumière de l'histoire et de l'éternité
Cette entrée, publiée dans Apologétique, est marquée , , , , , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet.

Je veux entendre ce que vous en pensez. S’il vous plaît laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.